L'auto-entrepreneur accessible aux professions libérales accessible

— 

Créer officiellement sa boutique eBay en ligne, ouvrir des chambres d'hôtes, lancer sa petite société de jardinage…devient plus facile avec le nouveau statut de l'auto-entrepreneur depuis le 1er janvier. Ce statut est en plus devenu accessible aux professions libérales depuis le vote d'un amendement dans la loi de relance, a annoncé Hervé Novelli, secrétaire d'Etat chargé du commerce, de l'artisanat et des PME. Architectes, infirmières ou expert-comptable pourront aussi se mettre à leur compte dès février avec les avantages de ce statut. Jusqu'ici, les professions libérales ne pouvaient en bénéficier, faute de signature d'une convention avec leur caisse de retraites.

Ce nouveau régime s'adresse à toute personne salariée ou non (chômeurs, retraités ou étudiants) qui ne souhaite pas créer une société commerciale pour démarrer une petite activité mais préfère une solution plus souple. "Une petite activité" est définie par un chiffre d'affaires qui ne dépasse pas 80.000 euros pour les activités commerciales et 32.000 euros pour les services.

L'avantage principal de l'auto-entrepreneur est un régime fiscal et social simplifié. Les calculs de l'impôt sur le revenu et des cotisations sociales sont fonction du chiffre d'affaires généré. Donc si la société ne réalise pas de chiffre d'affaires, elle est exemptée de charges, de quoi soulager les entrepreneurs. En outre, celui-ci a droit à une exonération de taxe professionnelle pendant 3 ans.

L'autre point fort est l'assouplissement des règles administratives: dispense d'inscription au Registre du Commerce et des Sociétés RCS ou au Registre des Métiers, création et radiation simplifiées et rapides, notamment via Internet, installation du local professionnel à son domicile sans autorisation nécessaire.

Principal écueil: les micro-entreprises déjà créés ne peuvent pas changer de statut. Fiscalement, petits artisans et commerçants subissent une concurrence déloyale puisqu'ils doivent, eux, respecter le droit commun. Mais ce nouveau statut connait un grand engouement selon le ministère de l'Economie. Parmi les commerçants et artisans, "plus de 2.000 inscriptions par jour" étaient enregistrées depuis le 1er janvier sur le site web dédié, a annoncé le ministre. Le gouvernement espère compter 200.000 auto-entrepreneurs fin 2009.