Schaeffler a présenté son plan de sauvetage aux banques

A.-S. G. avec AFP

— 

Comme l'avait exigé le gouvernement allemand pour négocier toute aide publique, Schaeffler a présenté aux banques son plan de sauvetage. "Nous espérons que (les banques) vont réagir vite à nos propositions, car nous voulons éviter d'être pris dans la campagne (des élections législatives de fin septembre). Cela ne faciliterait sûrement pas la recherche d'une solution constructive", affirme Georg Schaeffler dans une interview à l'hebdomadaire Der Spiegel daté de lundi 23 mars. "Nous ne voulons pas que l'on nous offre de l'argent. Nous demandons un soutien temporaire pour gagner du temps", ajoute la mère de Georg Schaeffler, Maria-Elisabeth Schaeffler. "Nous rembourserons tout, avec des intérêts. Le contribuable ne sera pas lésé", dit-elle encore.

Maria-Elisabeth Schaeffler, qui a demandé avec insistance des aides publiques de la part de l'Allemagne pour son groupe, juge que "l'Etat aussi a une responsabilité" dans les difficultés de l'entreprise. "Il y a eu un changement de la conjoncture économique qui a aggravé les choses, que l'on ne pouvait pas prévoir. Ce changement est dû en partie aux politiques et en partie aux banques", dit-elle. Néanmoins, le rachat de Continental, trois fois plus gros en chiffre d'affaires que le groupe Schaeffler, n'est pas étranger à ces difficultés financières, et à sa dette colossale de 10 milliards d'euros.