Mikhaïl Khodorkovski promet du spectacle pour son nouveau procès

E24 avec AFP

— 

Nouvelle affaire, nouveau procès pour Mikhaïl Khodorkovski. L'ex-patron du groupe pétrolier Ioukos, déjà condamné à huit ans de prison en 2005, est jugé depuis ce matin pour détournement de biens, de fonds et opérations financières illégales s'élevant au total à 896 milliards de roubles (environ 25 milliards de dollars au taux de change actuel) entre 1998 et 2003. L'ex-PDG doit comparaître avec son associé Platon Lebedev. Ce procès devrait servir de baromètre du climat politique en Russie.

En arrivant au tribunal, Khodorkovksi, 45 ans, a crié "honte" ont rapporté les agences russes. Lui et son associé ont pris place dans la cage à barreaux traditionnellement dressée dans les tribunaux russes.

Mikhaïl Khodorkovski, qui encourt jusqu'à 22 ans et demi supplémentaires de prison, a jugé ces accusations "absurdes et délirantes", selon son avocat Vadim Kliouvgant. Le procureur général russe Iouri Tchaïka estime quant à lui que la culpabilité de Khodorkovski et Lebedev ne fait "aucun doute". Ce procès intervient un an après l'élection au Kremlin de Dmitri Medvedev dont l'attitude dans ce dossier reste floue et dont certains continuent d'attendre plus d'indulgence que de son prédécesseur Vladimir Poutine.

L'affaire Ioukos, lancée en 2003, a été dénoncée par les libéraux russes et à l'étranger comme inspirée par l'entourage de Vladimir Poutine pour rétablir le contrôle de l'Etat sur de précieux actifs pétroliers et mettre au pas un oligarque jugé trop indépendant et ambitieux. Semblant lui aussi espérer une nouvelle approche politique, Khodorkovski a fait état lundi 2 mars de "changements institutionnels positifs" en Russie et assuré, dans ce contexte, que son nouveau procès ne serait pas "inintéressant".

A l'arrivée de Dmitri Medvedev à la présidence en mai 2008, la défense de l'ex-PDG avait déjà estimé que "les temps avaient changé". "A en juger d'après la prison à Moscou et les programmes de télévision disponibles (...), des indices de changements institutionnels positifs sont visibles", souligne dans un communiqué l'ex-homme le plus riche de Russie. Parmi ces changements, il note "les tentatives d'apparition d'une véritable opposition, la réaction raisonnable d'une partie des élites politiques aux évènements internationaux et le fait que le système judiciaire commence à se considérer comme une branche du pouvoir indépendante". Parlant de son prochain procès, Khodorkovski a mystérieusement promis "un spectacle qui ne serait pas dénué d'intérêt". " De mon côté, je garantis d'être ouvert, clair et de ne pas faire le malin", a-t-il dit.