Les prix des pavillons des années 70 en forte baisse

Propos recueillis par Delphine Halgand

— 

Jean-François Buet, secrétaire général de la FNAIM, s'attend une forte baisse des pavillons des années 70.

Quelle baisse des prix attendez-vous pour 2009?

Nous tablons sur une baisse entre 5% et 8%. Ce chiffre est une moyenne. Il y aura des baisses plus importantes de l'ordre de 10% à 15% sur des biens peu recherchés comme des pavillons des années 70, loin des centres villes et mal desservis et dont les modes de chauffage ne sont plus au goût du jour. En revanche, les biens de qualité ne vont pas baisser. Depuis trois mois, nous avons observé un retour des investisseurs. Avec l'érosion des prix et les difficultés en Bourse, c'est un retour vers une valeur refuge.

Prévoyez-vous une relance du marché en 2009?

Pour l'instant, nous n'y sommes pas. Traditionnellement, les mois de janvier-février-mars sont plus calmes. Il faudra être attentif à ce qui se passera au printemps. Les besoins seront latents. Les acheteurs et les vendeurs qui attendent ne pourront plus le faire. Ajoutez à cela, l'impact de l'arrêt des constructions neuves et la baisse des taux longs, il pourrait se passer quelque chose. Mais 2009 sera une année de transition. Le premier semestre 2009 ressemblera au dernier de 2008. Nous avons observé une baisse du volume de transactions de 25% à 30% en 2008. Il faut dire la vérité.

Avez-vous observé des défaillances importantes d'agences en 2008?

Quelques unes, mais ce n'est pas significatif. Les petites structures indépendantes qui ont ouvert ces dernières années et qui ne font que des transactions risquent de disparaître. Ce ne sera pas un raz de marée. D'ici avril 2009, les trésoreries vont être très tendues. Depuis 6 mois, l'attitude des agences a évolué avec les vendeurs sur l'évaluation des biens et elles sont plus sensibles avec les acquéreurs qui sont moins nombreux. Ceux qui n'ont pas déjà changé d'attitude vont avoir des problèmes.