Porsche n'échappe pas à la crise de l'automobile

— 

"Porsche ne peut pas échapper à la tendance globale". Le constructeur de voitures de sport a reconnu ne pas faire exception dans la crise que traverse le secteur automobile. Il a annoncé vendredi 30 janvier une forte baisse de ses ventes sur le premier semestre de son exercice 2008/09. D'août à fin janvier, la firme allemande a écoulé environ 34.000 véhicules, soit 27,3% de moins que sur la même période de l'exercice précédent. Le chiffre d'affaires du groupe, frappé de plein fouet par l'effondrement de la demande notamment aux Etats-Unis, a glissé de 14,3% à quelque 3 milliards.

Pour faire face, le constructeur des bolides 911 ou des luxueux tout-terrain Cayenne a pris de nouvelles mesures de chômage partiel. Il prévoit des arrêts de production équivalant à 19 jours d'ici la pause estivale, après huit jours de pause forcée dans l'usine principale de Zuffenhausen en janvier.

Mais Porsche n'en oublie pas pour autant ses objectifs stratégiques, à savoir sa prise de participation dans Volkswagen. Son président Wendelin Wiedeking réaffirmé qu'il voulait acquérir 75% du numéro un européen de l'automobile. Mais a toutefois rappelé que les conditions économiques devaient pour cela être remplies. "Et comme vous le savez, elles ne sont pas vraiment bonnes", a-t-il déclaré.

Début janvier, Porsche s'était emparé de plus de 50,76% de son compatriote, contre 42% auparavant.