Madoff aurait transféré 100 millions de livres de Londres aux Etats-Unis

E24 avec AFP

— 

Le financier américain Bernard Madoff, soupçonné d'une fraude gigantesque se montant à 50 milliards de dollars, avait ordonné, quelques semaines avant son arrestation, à sa filiale de Londres de transférer 100 millions de livres (111 millions d'euros) vers son siège newyorkais. C'est ce que rapporte le Financial Times vendredi 9 janvier.

Le quotidien économique, citant deux ex-employés de la firme britannique Madoff Securities International, indique que Madoff aurait appelé son équipe de Londres et lui aurait dit vouloir transférer ces 100 millions du capital de la firme, en raison de ses craintes sur la valeur de la livre sterling. Il leur aurait indiqué avoir l'intention de transformer ces emprunts d'Etat britannique en bons du Trésor américain.

Ces sources ont indiqué au FT que la requête n'avait rien d'inhabituel et que l'établissement londonien avait reçu des Etats-Unis de la documentation concernant l'achat des bons du Trésor. Mais selon le FT, il n'existe apparemment aucune preuve que ces bons ont été effectivement achetés. Le journal souligne que rien n'indique que la firme britannique ait commis une faute en transférant cet argent.

Les procureurs américains en charge de l'enquête sur la fraude pyramidale dont est soupçonné Bernard Madoff ont indiqué jeudi que ce dernier s'apprêtait, juste avant son arrestation, à envoyer une centaine de chèques pour une valeur totale d'environ 173 millions de dollars, dans l'intention évidente de disperser ses actifs et de les soustraire à la justice et aux investisseurs floués. En violation d'une ordonnance de gel général de ses avoirs.

Parallèlement, le service britannique de lutte contre la délinquance financière (SFO) a annoncé jeudi 8 janvier avoir ouvert une enquête sur les activités en Grande-Bretagne de Madoff.