PSA Peugeot Citroën limite la casse en 2008

Guillaume Guichard avec AFP

— 

PSA Peugeot Citroën a sauvé les meubles en 2008. Dans un marché en baisse de 5,7%, ses ventes n'ont reculé "que" de 4,9%, à 3,26 millions d'unités (véhicules et éléments détachés). Un chiffre largement en-deçà des premières prévisions du groupe de janvier 2008, qui tablaient sur un solide +5%. Objectif révisé en octobre à -3,5%. "Les évènements se sont accélérés et la dégradation des marchés s'est avérée nettement plus importante, pour atteindre plus de 8% à la fin de l'année", a expliqué Jean-Philippe Collin, directeur général de Peugeot lors de la présentation des résultats, mardi 13 janvier. Renault avait de son côté annoncé vendredi une baisse de 4,2% de ses ventes mondiales en 2008, à 2,38 millions de véhicules.

"Avec un maintien de sa part de marché mondiale en 2008 à 5%", PSA "résiste à la forte chute des marchés automobiles", assure le groupe. Des deux marques du groupe, Peugeot et Citroën, c'est Peugeot qui s'en sort le mieux. Ses ventes ont baissé de 3,2% (à 1,9 million de véhicules), alors que celles de Citroën a accusé une chute de 7,2% (à 1,35 million de véhicules).

Peugeot doit cette résistance à son modèle-phare, la 207, qui représente 25% de ses ventes globales, à 468.000 unités vendues. "Solide leader du segment B en Europe avec 9,7% de son segment, la 207 est aussi la troisième meilleure vente en Europe de l'Ouest", s'est félicité Jean-Philippe Collin.

Dans le détail, les deux marques ont vu leurs immatriculations chuter de 8,6% à 2,13 millions d'unités en Europe de l'Ouest, dans un marché en baisse de 8,8% (véhicules particuliers et véhicules utilitaires légers). La part de marché de PSA s'établit ainsi à 13,8%, inchangée par rapport à 2007. En France, PSA a accru sa part de marché de 0,8 point à 31,6%. Ses immatriculations ont progressé de 1,9%, portant sur 794.200 véhicules, dans un marché en baisse de 0,6%.

En Espagne, PSA a fait moins bien que le marché, enregistrant une baisse de 30% de ses ventes dans un contexte sinistré (-29,8%), tout en gardant sa part de marché à 19,1%. En Italie, les immatriculations du groupe, (-12,5%), ont suivi la baisse du marché (-12,7%). En Grande-Bretagne, ses ventes ont baissé de 17,1%, plus que le marché (-11,7%). Le groupe évoque "un taux de change livre/euro défavorable". En Allemagne, la part de marché du constructeur gagne 0,2 point à 5,7%. Dans un marché en baisse de 1,7%, ses immatriculations progressent de 2,1%.

Les marchés émergents n'ont pas tous tenus leurs promesses. Alors que PSA avait tablé sur une forte hausse, ses ventes ont baissé de 3,4% en Europe centrale et orientale. Le marché d'Europe de l'Est n'a en effet pas échappé à la crise, avec une baisse de 1,8% sur l'année, malgré une hausse de 16% au premier semestre. Grosse déception aussi en Chine, où les ventes ont baissé de 12,7%, alors que le marché s'est accru de 4,9%.

Il n'y a guère que la Russie qui ait surpris, avec un bond de 67% des ventes, dans un "marché porteur" en hausse de 13,7%. Autre "zone de développement prioritaire", le Brésil a de son côté rempli les objectifs, avec une hausse de 17,7% des immatriculations du groupe.

Et 2009? "Le premier semestre devrait se placer dans la continuité du dernier trimestre 2008, avec une baisse des ventes de 10 à 20% en Europe", a expliqué Jean-Philippe Collin. "Mais je me garderais bien de faire un quelconque pronostic sur le deuxième semestre 2009". Le patron de Peugeot espère néanmoins que les mesures de relance qui sont à l'étude au niveau européen permettront de relancer les ventes.