Volvo pourrait accepter le prêt pour Renault Trucks

E24 avec AFP

— 

Oui ou non? D'après l'entourage de la ministre française de l'Economie Christine Lagarde, le groupe suédois Volvo reconsidère sa décision de ne pas accepter le prêt de 500 millions d'euros proposé par le gouvernement français pour sa filiale de poids lourds Renault Trucks. Selon le journal français Le Figaro, Volvo a accepté ce prêt pour Renault Trucks, après l'avoir refusé dans un premier temps, et se serait donc engagé à ne pas fermer d'usine en France pendant la durée du prêt et à ne pas licencier en 2009, deux conditions qu'il avait jugées initialement trop contraignantes. D'après le quotidien, le patron de Renault Trucks aurait envoyé vendredi une lettre à Christine Lagarde dans laquelle il accepte de recevoir cette aide de l'Etat.

La ministre n'a pas reçu de lettre de la part du groupe, a-t-on indiqué dans l'entourage de Christine Lagarde, en marge de la réunion des grands argentiers du G7 à Rome. Mais le groupe reconsidère sa position car il reconnaît avoir pris une décision hâtive, a-t-on ajouté de même source.

Le gouvernement français a annoncé le 9 février 7,8 milliards d'euros d'aides pour sortir l'automobile de la crise, dont 6 milliards de prêts à taux préférentiels pour Renault et PSA Peugeot Citroën, en contrepartie d'engagements de ne fermer aucun site français durant 5 ans et de "tout faire" pour éviter les licenciements. Un prêt de 500 millions d'euros pour Renault Trucks figurait également parmi les propositions du gouvernement français. Salué par les constructeurs français, le plan d'aide de la France a néanmoins été critiqué par ses partenaires européens.