"Les consommateurs français sont bien protégés"

Propos recueillis par Delphine Halgand

— 

Ian Cronshaw, directeur de la division diversification énergétique à l'Agence Internationale de l'Energie, répond aux questions d'E24 sur la crise gazière entre la Russie et l'Ukraine.

Les Français peuvent-ils connaître des coupures de gaz?

Les consommateurs français sont bien protégés avec des stocks relativement importants. Les réserves françaises sont actuellement remplies à 75%. La France dispose de 6,4 milliards de m3 de stocks de gaz.

Est-il possible de compenser la baisse d'approvisionnement en gaz russe?

Oui. Le gaz des Pays-Bas peut, par exemple, la compenser provisoirement.

Est-il possible de résoudre cette crise?

Il s'agit d'un conflit commercial qui manque de transparence pour en comprendre les clés. J'espère, néanmoins, qu'une résolution aura lieu dans quelques jours. La dernière crise de 2006 s'est résolue par une renégociation des tarifs gaziers entre la Russie et l'Ukraine. La crise actuelle pourrait se résoudre de la même façon. Pour l'instant, les acteurs ne trouvent pas d'accord sur des offres tarifaires acceptables pour les deux parties.

Selon Eurogas, la consommation européenne de gaz devrait augmenter de 43% entre 2005 et 2030, pourquoi?

L'élément principal qui explique cette augmentation est le secteur de l'électricité qui va davantage recourir au gaz.

A quels pays importateurs de gaz, l'Europe va-t-elle avoir davantage recours?

Au Qatar, aux pays d'Afrique du Nord comme l'Algérie et la Lybie ou encore aux pays d'Asie comme l'Indonésie.

L'Europe peut-elle diminuer sa dépendance envers le gaz russe?

Il paraît assez difficile de dire cela. La Russie est un partenaire énergétique clé de l'Europe depuis plus de 40 ans. Elle va le rester.