L'inflation au plus bas, le chômage au plus haut

— 

L'inflation est resté inchangée en avril à 0,6% sur un an, son plus bas niveau historique, a indiqué ce jeudi l'office européen des statistiques Eurostat. Ce niveau est du jamais-vu depuis la création de la zone euro en 1999, et même depuis la création de statistiques pour cette zone en 1996 (Eurostat a recalculé les données des années précédant la création de la zone euro).

Après le pic historique de 4% enregistré l'été dernier, l'inflation a nettement décéléré ces derniers mois, dans le sillage du repli des prix pétroliers et du ralentissement de l'économie. Les économistes n'excluent pas un passage en territoire négatif, soit un recul général des prix, dans le courant de l'année.

L'inflation est en tout cas de plus en plus éloignée de l'objectif de la Banque centrale européenne, à savoir sur le moyen terme un niveau en-dessous mais proche de 2%, ce qui laisse de la marge à la BCE pour abaisser encore son taux directeur, aujourd'hui à un plancher historique de 1,25%. Le président de la BCE Jean-Claude Trichet n'a lui-même pas exclu une nouvelle baisse, prévenant toutefois qu'elle serait "très mesurée" et jugeant "pas approprié au niveau européen" de tomber à un taux zéro.

Le taux de chômage, à l'inverse, a encore augmenté en mars dans la zone euro à 8,9%, soit son plus haut niveau depuis novembre 2005, toujours selon Eurostat. En un mois, le nombre de sans-emploi a progressé de 419.000 dans la zone euro, pour arriver à un total à 14,158 millions de personnes. En février 2009, le chômage était ressorti à 8,7% selon Eurostat, qui avait dans une première estimation estimé ce taux à 8,5%.