Le repreneur de DMC préservera 245 emplois en France

E24 avec AFP

— 

La société DMC est partiellement sauvée. Le tribunal de commerce de Paris a accepté lundi 29 décembre le plan de reprise du fabricant de fil à broder DMC SA, filiale du groupe DMC , par le français Bernard Krief Consulting. Ce dernier prévoit de préserver 245 emplois sur 382 en France.

Il ne restait plus que deux candidats à la reprise, la société de conseil Bernard Krief Consulting et le fabricant français de textile Blanchard SA, associé à la société Synextile. Le plan de la société française de conseil Bernard Krief Consulting permet de conserver 245 salariés sur les 382 employés par DMC SA en France. Les 137 autres seront licenciés. Par ailleurs, 86 salariés sont maintenus à l'international.

En difficulté depuis 15 ans, les effectifs de DMC ont fondu de 9.000 salariés en 1995 à moins de 400 actuellement. Le groupe DMC (Dollfus Mieg et Cie), fleuron bicentenaire du textile français, a été placé en redressement judiciaire le 5 mai, mais ses filiales bénéficiaient de périodes d'observation différentes. DMC SA est la dernière filiale du groupe a être cédée après DMC Tissus repris en août par le pakistanais Kohinoor associé à Bernard Krief Consulting et les magasins Loisirs et Création, repris en juillet partiellement par un consortium mené par un fonds d'investissement de la banque Natixis.

"Notre stratégie est de faire de DMC SA une marque leader mondiale du textile du bien-être. Nous allons renforcer la branche fil à broder qui restera la vitrine du groupe mais aussi nous développer dans de nouveaux métiers comme l'habillement, le sportswear, le linge maison et le linge de salle de bain", a déclaré Louis Petiet, président de Bernard Krief Consulting, interrogé au téléphone par l'AFP. "On est content car ce projet va permettre de préserver des emplois mais nous avons très peur qu'il ne soit pas pérenne et qu'on soit liquidé d'ici un an ou deux", a dit Chantal Haller, déléguée syndicale CFDT.