Lehman rapporte gros aux avocats

Julien Beauvieux

— 

La faillite d'une entreprise entraîne en général des licenciements, mais elle fournit du travail aux avocats. Dans le cas de Lehman Brothers, les cabinets chargés de recouvrer les dettes au profit des créanciers pourraient engranger près de 200 millions de dollars d'honoraires.

Principale maison en charge du dossier, Weil, Gotshal & Manges a d'ores et déjà envoyé lundi 13 avril une note de 55,1 millions de dollars à la cour de justice du district sud de New York, selon le Wall Street Journal. Dans le détail, 100.000 heures ont été "chargées" pour traiter le dossier Lehman. A lui tout seul, l'un des avocats, Harvey Miller, a facturé 795 heures à 950 dollars de l'heure…

Egalement compris dans le prix, 200.000 dollars de déjeuners d'affaires, 439.000 dollars de traitement de données et autres recherches, 115.000 dollars de transport et 287.000 dollars de photocopies, à 10 cents la page…

La facture de Weil, Gotshal & Manges ne prend bien entendu en compte que le travail effectué au dernier trimestre 2008. Elle pourrait atteindre au final les 200 millions de dollars, selon Lynn LoPucki, un professeur de droit de l'Université de Californie spécialiste des honoraires liés aux procédures de faillite. Ce qui ferait du dossier Lehman la faillite la plus lucrative de l'histoire pour le cabinet devant Enron (159 millions de dollars).

Mais Weil, Gotshal & Manges et ses 490 avocats impliqués dans le dossier ne sont pas seuls. Près d'une douzaine d'autres cabinet travaillent sur l'affaire et ont déjà facturé un total de 27 millions de dollars. En élargissant encore le cercle aux conseillers financiers et autres consultants, ce sont près de 900 millions de dollars qui pourraient être facturés.

Cette somme astronomique traduit le niveau colossal des dettes de Lehman Brothers, qui devait 613 milliards de dollars à ses créanciers au moment de sa faillite. Le travail des avocats consiste en effet à analyser la structure de la dette de l'entreprise, depuis la dette prioritaire jusqu'à la dette dite "mezzanine", c'est-à-dire les créanciers les moins prioritaires. Il s'agit ensuite de céder les actifs au meilleur prix pour assurer un taux de recouvrement maximum aux créanciers.

Les avocats chargés de la faillite défendent les intérêts des créanciers, qui les paient, mais ils doivent avoir l'accord de la justice. Dans le cas des premières factures liées au dossier Lehman, les avocats devront obtenir une autorisation du juge des faillites le 13 mai prochain. Si d'aventure ils trouvaient l'addition trop salée, les créanciers auront, eux, jusqu'au 6 mai pour faire connaître leurs objections.