130 milliards pour les banques sud-coréennes

E24 avec agences
— 

 La Corée du Sud ajoute son nom à la longue liste de pays qui viennent au    secours de leur système financier national. Suite à une réunion de crise qui    s'est tenue le 17 octobre, le gouvernement sud-coréen prévoit d'apporter 130    milliards de dollars de fonds pour rassurer les investisseurs et essayer de    redonner des couleurs à sa monnaie.  

 "Le gouvernement a décidé de s'associer aux efforts coordonnés au plan mondial    pour stabiliser les marchés financiers", a déclaré Kang Man-Soo, le ministre    sud-coréen des finances au cours d'une conférence de presse. 

 Les autorités sud-coréennes envisagent en outre de soutenir l'investissement    de long terme dans les actions et les obligations par des réductions    d'impôts.  

 Ces mesures ont été décidées alors que la monnaie de la septième économie    mondiale par le PIB, le won, est violemment attaquée sur le marché des    changes. Les difficultés de certains établissements de crédit à accéder aux    marchés financiers pour assurer le remboursement de dettes en dollars d'ici    la fin de l'année ont conduit certaines agences de notation à indiquer    qu'elles pourraient dégrader leur note. 

 Selon Moody's, les banques coréennes n'ont pas suffisamment de dépôts pour    financer leurs prêts. 44% des prêts accordés par celles-ci dépendent de    l'accès aux marchés financiers. Pour parer à d'éventuelles difficultés, les    autorités sud-coréennes ont prévu de puiser environ 30 milliards de dollars    dans leurs réserves pour permettre au système bancaire de fonctionner et    continuer à assurer le financement des entreprises. 

 La Corée traverse l'une des plus difficiles crises depuis l'effondrement des    monnaies asiatiques en 1997 et qui avait entraîné un plan de sauvetage sous    l'égide du Fonds monétaire international. 

 Depuis cette date, le PIB de la Corée du Sud est passé de 670 à près de 1.200    milliards de dollars, sans que cela n'empêche le pays d'être à la merci de    la crise financière mondiale actuelle.