La faillite de LyondellBasell a des répercussions sur Citigroup

E24 avec AFP

— 

La banque américaine Citigroup doit passer environ 1,4 milliard de dollars de provisions dans ses comptes du quatrième trimestre, pour prendre en compte l'impact du dépôt de bilan de la branche américaine du chimiste LyondellBasell.

La banque newyorkaise a précisé dans un communiqué que son exposition brute sur ce dossier atteignait 2 milliards de dollars à la fin décembre. Dans son court texte, Citigroup ne précise pas dans quelle mesure son résultat par action pourrait être affecté par ces nouvelles provisions. Citigroup est le premier établissement majeur à chiffrer l'impact sur ses comptes de l'effondrement du troisième chimiste indépendant de la planète.

La banque suisse UBS avait bien reconnu mercredi qu'elle encourrait des pertes dans cette faillite, mais n'avait pas donné de chiffres précis.

Citigroup, l'un des établissements au monde le plus touché par la crise financière, a déjà aligné quatre trimestres déficitaires consécutifs. La banque a perdu 9,8 milliards de dollars au quatrième trimestre 2007, 5,1 milliards au 1er trimestre 2008, 2,5 milliards au 2ème et 2,8 milliards au 3ème. Elle a bénéficié d'un apport de fonds publics de 45 milliards de dollars pour lui permettre de continuer à exercer ses activités.

Le groupe néerlandais LyondellBasell, troisième chimiste indépendant dans le monde, avait annoncé mardi 6 janvier

le dépôt de bilan
de ses activités aux Etats-Unis, victime d'un effondrement de la demande pour ses produits et d'une hausse des prix de ses matières premières. Ce groupe a réalisé l'an dernier plus de 54 milliards de dollars de ventes, avec 16.000 employés.