Perte nette de 74 millions de dollars pour Alcoa

E24 avec AFP

— 

Le producteur américain d'aluminium Alcoa a annoncé lundi être tombé dans le rouge en 2008, enregistrant une perte nette de 74 millions de dollars, contre un bénéfice net de 2,56 milliards de dollars l'année précédente. Au quatrième trimestre, à cause d'un chiffre d'affaires en chute, la perte a atteint 1,191 milliard de dollars, soit 1,16 dollar par action alors que les analystes attendaient seulement 0,10 dollar.

Sur l'ensemble de l'exercice, ce chiffre d'affaires a reculé de 8,1% par rapport à un an plus tôt, à 26,901 milliards de dollars, et sur le quatrième trimestre, de 19,1% à 5,688 milliards. Ces résultats s'expliquent, selon le groupe, par "l'impact d'une baisse historique des prix des métaux, des marchés finaux faibles, et une restructuration, des provisions et d'autres charges spéciales pour les mesures annoncées auparavant pour réduire la production, comprimer les coûts et simplifier le portefeuille". Ces charges ont pesé pour 920 millions de dollars au quatrième trimestre, soit plus des trois quarts de la perte enregistrée par le groupe. Cette charge exceptionnelle avait été annoncée le 6 janvier, avec la suppression de 13.500 emplois dans le monde, soit une réduction de 13% de ses effectifs.

Avec cette restructuration, Alcoa compte économiser 1,3 milliard de dollars en 2009, a précisé le PDG d'Alcoa, Klaus Kleinfeld, lors d'une conférence avec des analystes. Alcoa a précisé que le prix de l'aluminium avait fondu de 35% pendant ce trimestre, et de 56% au total au second semestre. Quant à la baisse de la demande, elle est imputée aux secteurs de l'automobile, des transports et de la construction.

Cette année, le groupe prévoit encore des marchés très difficiles. "Nous anticipons la poursuite de la contraction de la consommation mondiale aboutissant à une baisse de 2%" de la demande d'aluminium, a précisé Klaus Kleinfeld. "Nous prenons des mesures de grande ampleur pour affronter la crise économique. En bougeant rapidement pour faire face au ralentissement du marché, nous utilisons la flexibilité stratégique d'Alcoa et nos liquidités, qui sont solides, pour traverser la période d'incertitude économique persistante et nous en sortir encore plus forts quand l'économie se remettra", a expliqué M. Kleinfeld, cité dans le communiqué.

"Une fois que l'économie se sera stabilisée, les grandes tendances mondiales (la démographie, l'urbanisation et le souci de l'environnement) amèneront de nombreuses occasions pour nos produits", a-t-il poursuivi. En volume, le groupe a augmenté sa production d'aluminium de 1,1% sur l'année, à 15,256 millions de tonnes, celle de métal primaire de 8,5% à 4,007 Mt, et réduit celle de produits laminés plats de 6,0% à 2,296 Mt. Avant la publication de ces pertes pour 2008, qui les ont surpris, les analystes prévoyaient une année à venir difficile pour le groupe, avec un bénéfice net de seulement 0,05 dollar pour l'ensemble de 2009.

Le groupe a tenu à rassurer sur le montant de sa dette, indiquant que son ratio d'endettement ne dépassait pas 42,5%. "En agissant rapidement et de manière résolue (...) nous avons été capables de conserver une bonne trésorerie et de renforcer notre compétitivité durant le ralentissement par rapport à d'autres sociétés qui n'ont pas autant anticipé", a expliqué le PDG. Interrogé par un analyste pour savoir si le groupe avait envisagé d'économiser de l'argent en ne versant pas de dividende, M. Kleinfeld a répondu qu'"Alcoa a(vait) versé des dividendes pendant 66 ans" et qu'il souhaitait "que cela continue".