Orange n'exclut pas de suspendre la commercialisation d'Orange Sport

Catherine Vincent (avec AFP)

— 

Arrêter plutôt que partager. Orange pourrait suspendre la commercialisation d'Orange Sport, sa chaîne de télévision payante consacrée au sport, en raison des procédures judiciaires en cours, a confirmé l'opérateur à la suite d'informations de presse. "C'est l'une des options envisagées parmi d'autres", a indiqué à E24 un porte-parole du groupe.

Orange a fait appel de la décision du tribunal de commerce qui lui a demandé fin février de mettre fin, d'ici le 24 mars, à la vente liée entre l'abonnement triple play et la chaîne Orange Sport. La justice donnait ainsi raison à Free et SFR, les plaignants. Mardi 17 mars, Orange avait demandé une suspension du délai d'exécution du jugement, l'appel n'étant pas suspensif. Le premier président de la cour d'appel de Paris a indiqué qu'il rendrait sa décision le 31 mars, soit une semaine après le 24 mars. "Nous avons peu d'espoir", a indiqué le porte-parole du groupe. D'autant moins d'espoir que l'appel sera jugé sur le fond courant avril.

Orange est donc dans l'obligation d'envisager plusieurs options pour se conformer, à partir du 24 mars, à la décision du tribunal de commerce, a expliqué un porte-parole d'Orange. Les trois options envisagées sont la suspension de la commercialisation d'Orange Sport, le paiement de l'amende (50.000 euros par jour) ou encore la diffusion d'Orange Sport par satellite, a précisé Orange. "Elles sont toutes examinées de près. Notre décision doit être prise avant le 24 mars", a déclaré le porte-parole. Mais naturellement, il n'est pas réaliste de penser que nous allons payer 50.000 euros par jour" pour conserver l'exclusivité, a ajouté le groupe.

Et la Ligue de Football professionnel (LFP) dans tout ça? "Nous n'avons pas de réaction officielle" à l'éventualité d'une suspension de la commercialisation d'Orange Sport, a-t-elle répondu à E24. "Pour nous, les contrats ne sont pas rompus", a ajouté un porte-parole de la Ligue. Car Orange ne suspend pas la chaîne mais sa commercialisation. En d'autres termes, le groupe arrête la recherche de nouveaux abonnés tout en continuant à fournir les programmes aux abonnés actuels. Ils sont 300.000 répartis entre Orange Sport et Orange Cinéma Séries sachant que l'opérateur se refuse à communiquer des chiffres plus précis.

Pour autant, la Ligue est solidaire d'Orange. "Tout le foot français a intérêt à soutenir Orange Sport", a-t-elle indiqué à E24. Car si la chaîne disparaît, Canal+ redevient le seul interlocuteur du football français ce qui conduira inéluctablement à une baisse du montant des droits de diffusion, prédisent les experts des droits du sport. Et qui dit baisse des droits de diffusion dit baisse des recettes pour le foot français qui en manque déjà.

Les opérateurs Free et SFR avaient porté plainte en 2008 contre Orange, l'accusant de "vente liée" pour ses chaînes de télévision payantes. Pour avoir accès à l'offre Orange Sport, qui comprend notamment le grand match du samedi soir de la Ligue 1 en direct, le téléspectateur doit en effet être abonné à l'offre triple play de l'opérateur (téléphone fixe, internet haut débit -ADSL- et bouquet basique télévisuel). Et le fond du problème vient du fait que ce n'est pas le montant de 6 euros demandés aux abonnés d'Orange Sport qui permettront à la chaîne d'atteindre la rentabilité. C'est naturellement ce montant ajouté à celui de l'abonnement triple play. Or, si Orange propose sa chaîne aux autres diffuseurs, ce sera naturellement pour un montant supérieur à 6 euros. Ils pourraient alors attaquer Orange pour concurrence déloyale. "On nous a demandé de ne plus vendre Orange Sport avec l'abonnement triple play. C'est ce que nous allons faire", conclut le porte-parole du groupe sans donner de piste plus précise.