Un ancien du KGB reprend l'Evening Standard

— 

Après le foot
, les milliardaires russes se frottent à la presse. Vendredi 16 janvier, le tribunal de commerce de Lille donnait son feu vert à la prise de contrôle de France-Soir par le groupe Sablon International, détenu par le jeune fils de nationalité française de l'oligarque russe Sergueï Pougatchev. Mercredi 21 janvier, c'est Alexandre Lebedev, un ancien du KGB, qui acquiert une majorité des parts de l'Evening Standard, a annoncé la maison mère du journal dans un communiqué.

Evening Press, une société détenue par Alexandre Lebedev et son fils, Evgueni Lebedev obtiendra "une part majoritaire" du journal en difficultés financières pour "une somme symbolique", a annoncé le propriétaire du quotidien, le Daily Mail & General Trust, qui conservera une part de 24,9% dans le titre. L'homme d'affaires de 49 ans, un ancien collaborateur du KGB sous l'URSS, avait promis la semaine précédent qu'il se garderait d'influencer la ligne éditoriale du titre britannique. L'Evening Standard, seul quotidien du soir payant de Londres, tire à 287.000 exemplaires. Ses pertes sont estimées à 20 millions de livres (22 millions de livres) par an. Il a vu ses ventes se stabiliser en 2008, après une très forte baisse en 2007, due à la concurrence d'un gratuit du soir, The London Paper, publié par le groupe concurrent Murdoch.

La famille Lebedev est "ravie d'investir dans l'Evening Standard", a indiqué le milliardaire dans un communiqué, rappelant son soutien à "une presse libre et indépendante". Le journal, fondé en 1827, sera doté d'"un nouveau comité éditorial qui préservera le principe de l'indépendance éditoriale", assure la maison mère. La transaction devrait être finalisée en février, selon DMGT, qui précise qu'Alexandre Lebedev deviendra le président du conseil d'administration de la société Evening Standard Ltd. Et le premier oligarque à reprendre un journal britannique. Martin Morgan, directeur-général de DMGT a estimé que l'accord était "dans l'intérêt (des) employés comme des actionnaires" du quotidien. "Les investissements prévus par Lebedev garantissent l'avenir du journal", a-t-il affirmé.

Alexandre Lebedev est aussi l'un des propriétaires, avec l'ancien président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev, de l'hebdomadaire libéral russe Novaïa Gazeta, qui employait la journaliste spécialiste du Caucase assassinée Anna Politkovskaïa. L'essentiel de la fortune de l'homme d'affaires russe, considéré comme une personnalité relativement indépendante du pouvoir, est constitué par ses participations dans la banque russe NRB, dans des compagnies d'assurances, et d'aéronautique. Il est aussi l'un des principaux actionnaires de la compagnie aérienne russe Aeroflot.

Dans une interview au Guardian publiée la semaine dernière, Alexandre Lebedev avait assuré qu'il n'avait pas l'intention d'interférer dans la politique britannique. "Mon influence sera proche de zéro", a-t-il déclaré selon le journal. Le Guardian assurait par ailleurs que la transaction avait été autorisée par le Kremlin. Alexandre Lebedev aurait tenté sans succès d'acheter le quotidien britannique de référence The Times, a précisé son porte-parole la semaine dernière. Il aurait également des vues sur un autre quotidien de référence en mauvaise santé financière, l'Independent, selon des rumeurs de presse.