Valeo maintient ses prévisions malgré un ralentissement

E24 avec AFP

— 

Valeo maintient ses prévisions coûte que coûte. L'équipementier automobile français "anticipe une nouvelle dégradation de la production automobile au quatrième trimestre". Mais "grâce aux actions entreprises", le groupe confirme sa prévision actualisée le 2 octobre dernier d'une marge opérationnelle en 2008 "du même ordre que celle de 2007". Pour le moyen terme, le groupe ajoute qu'il "poursuit l'évaluation des conséquences du nouvel environnement économique sur les objectifs d'évaluation de la marge".

Dans ce contexte, Valeo "résiste bien sur les volumes actuellement", "prend des parts de marchés assez significatives", et "fait des gains de productivité et des réductions de coûts", a fait valoir le PDG de l'équipementier, Thierry Morin, lors de la présentation des résultats.

Concernant le troisième trimestre, Valeo a ainsi enregistré un bénéfice net de 6 millions d'euros au troisième trimestre, contre une perte nette de 40 millions d'euros au troisième trimestre 2007. Le groupe a enregistré "un tassement de ses ventes en valeur, mais une stabilité en volume" alors que "la production automobile de référence recule de près de 4%". La marge opérationnelle du groupe au troisième trimestre s'est établie à 65 millions d'euros soit 3,1% du chiffre d'affaires, en repli de 0,2 point.

Pas de problème de liquidité

La marge brute trimestrielle du groupe recule de 7,4% à 315 millions d'euros. Elle s'établit à 15,2% du chiffre d'affaires, en baisse de 0,2 point comparé au troisième trimestre 2007. Sur les neuf premiers mois, la marge opérationnelle se situe à 268 millions d'euros ou 3,8% du chiffre d'affaires, en hausse de 0,4 point, grâce à des "efforts de gestion soutenus", note le groupe dans son communiqué.

Valeo ajoute d'autre part qu'il n'a "pas d'échéance de remboursement de dette significative avant janvier 2011" et précise que "sa situation de liquidité n'est pas aujourd'hui affectée par la crise financière". A la fin septembre, l'endettement financier net rapporté aux capitaux propres s'établit à 41%, contre 45% en début d'exercice.

L'avenir s'annonce difficile, mais le groupe semble préparé, selon Kepler Equities. "Comme des réductions de coût conséquentes ont déjà été effectuées (…), nous pensons que le groupe est plus résistant en période de retournement conjoncturel", écrit la société de services financiers dans une note publiée mardi 21 octobre.