La Maison Blanche n'a pas encore décidé si elle sauvait l'automobile américaine

E24 avec AFP

— 

Suspense à Washington. La Maison Blanche a indiqué hier ne pas avoir encore pris de décision sur un plan d'aide aux constructeurs automobiles américains. Mais poursuit sa recherche et semble perser entre le pour et le contre. "Les représentants de l'administration continuent de rassembler des informations financières sur les constructeurs automobiles, évaluent les données, leur niveau de trésorerie...", a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, Tony Fratto. "Ils étudieront ces informations, se feront un jugement et évalueront nos options", a ajouté le porte-parole, indiquant que l'objectif serait "de prendre la bonne décision au regard des meilleurs intérêts des contribuables et de notre économie". "Nous prendrons le temps qui nous est imparti pour faire cela comme il faut. Aucune décision n'a été prise", a ajouté Tony Fratto.

En raison du déplacement suprise de George W. Bush en Irak ce dimanche, la Maison Blanche a fait savoir qu'aucune décision ne serait arrêtée avant le retour du président sortant à Washington.

Toutes les options

Jeudi, le Sénat a bloqué un plan prévoyant un prêt d'urgence de 14 milliards de dollars pour aider Chrysler et GM à passer l'année. Les sénateurs républicains en particulier demandaient des concessions drastiques de réduction des coûts de la main d'oeuvre aux syndicats. Ils ont finalement laissé le soin à la Maison Blanche la décision de puiser dans l'enveloppe de 700 milliards de dollars d'aide au secteur bancaire pour voler au secours des constructeurs de Detroit.

Une "faillite désordonnée" de l'industrie automobile américaine "dévasterait encore davantage" une économie qui est déjà en récession, avait indiqué vendredi la porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino. Aussi l'administration va-t-elle examiner ses options, "y compris le recours au TARP", le plan de 700 milliards de dollars lancé en octobre pour faire redémarrer le système financier, avait-elle dit.