Opel aura besoin de plus de garanties publiques que prévu

E24 avec AFP

— 

Le constructeur allemand Opel, filiale de l'américain General Motors, a besoin de garanties publiques plus élevées qu'attendu, affirme vendredi 20 février le magazine Der Spiegel. Le gouvernement chiffre désormais à 3,3 milliards d'euros le besoin en liquidités d'Opel, selon le titre qui ne cite pas ses sources. Il était question jusque là de

garanties publiques
pour 1,8 milliard, rappelle le titre à paraître lundi, selon des extraits d'un article diffusés à l'avance.

Opel a aussitôt réagi en publiant une déclaration, qui n'infirme ni ne confirme le chiffre avancé dans la presse. "Nous ne donnons pas de chiffre", a expliqué un porte-parole de GM Europe. Opel se contente d'affirmer que l'Etat fédéral et les Etats régionaux concernés par les usines du constructeur sont informés de "tous les détails". Le constructeur rappelle également qu'il souffre très fortement de la chute brutale des marchés automobiles et des effets de change avec la livre britannique et le rouble russe. "Il est de la responsabilité de la direction d'Opel de dresser un portrait réaliste et de prendre en compte les changements sur les marchés européens dans le cadre de la demande de garanties publiques", ajoute encore le communiqué.

Un porte-parole du ministre de l'Economie de l'Etat régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie a indiqué que le comité chargé d'examiner les demandes de garanties prendra sa décision "début avril". Et qu'Opel devait boucler un concept viable pour la poursuite des activités "dans les 15 jours". Opel doit comme ses concurrents subir la chute des ventes de voitures, notamment en Europe, son principal marché. Mais il est aussi victime des immenses difficultés de sa maison-mère, General Motors, qui n'évite la faillite que grâce à

l'aide du gouvernement américain
. Cette semaine, GM a d'ailleurs ouvert la porte à une séparation d'avec Opel, qu'il possède depuis 1929, dans le cadre d'une massive
restructuration de ses activités en Europe
.