Le capital-risque se retranche pour laisser passer la crise

— 

Nombre de transactions en baisse et chute des investissements: les sociétés américaines de capital-risque réduisent la voilure en ces temps de crise. Elles n'ont investi que 5,5 milliards de dollars au quatrième trimestre 2008 aux Etats-Unis, soit 30% de moins que lors de la même période de 2007, selon des statistiques diffusées samedi 18 janvier. Le cabinet spécialisé Dow Jones VentureSource a recensé sur ces trois mois 554 transactions, contre 718 un an plus tôt, a-t-il annoncé.

"Ces données confirment que ce nous entendons d'ici et là, depuis quelque temps déjà, que de nombreuses sociétés de capital-risque se sont retranchées pour laisser passer la crise et se concentrent davantage sur la santé et la vitalité des compagnies déjà dans leur portefeuille, plutôt que sur de nouveaux investissements", a noté Jessica Canning, directrice de la recherche de Dow Jones VentureSource, citée un communiqué de la société.

Sur l'ensemble de l'année écoulée, Dow Jones VentureSource a noté 2.550 investissements d'un montant total de 28,8 milliards de dollars. En 2007, il en avait répertorié 2.823 pour un montant de 31,4 milliards de dollars.

Bonne nouvelle cependant: malgré les tensions terribles sur le marché du crédit à l'automne, le montant des capitaux investis dans les "jeunes pousses", les start-up, est supérieur à celui de 2006 (28,2 milliards de dollars), note le cabinet. Mais les situations sont contrastées suivant les secteurs. Les entreprises liées à l'internet ont connu la meilleure année de leur histoire.

Mais les autres jeunes entreprises de technologies connaissent une situation des plus difficiles. Avec 2,2 milliards investis dans 266 transactions, elles n'avaient jamais aussi peu reçu des capital-risqueurs depuis 1998. En particulier, l'investissement dans les firmes de logiciels a été très touché. Les entreprises de biotechnologies n'ont guère séduit les investisseurs, mais les investissements dans l'énergie -pour l'essentiel dans les énergies renouvelables- ont plus que doublé pour atteindre un montant record de 3,6 milliards de dollars (124 transactions).

La Californie reste la destination privilégiée des capital-risqueurs, puisqu'elle a accueilli 51% des fonds investis l'an dernier (44% des transactions). La région de San Francisco, avec la Silicon Valley, a reçu 11,2 milliards l'an dernier (+4%) et celle de Los Angeles/San Diego 3,2 milliards (-18%).