Fibre optique: Chatel veut que les discussions s'accélèrent

— 

La France est en retard dans le déploiement de la fibre optique. Le secrétaire d'Etat à la Consommation Luc Chatel a souhaité mercredi que le régulateur des télécoms, l'Arcep, "veille à accélérer les discussions entre opérateurs" concernant le déploiement de la fibre optique, qui permet l'accès à internet à très haut débit.

Selon une étude du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc) publiée mercredi, plus du tiers des Français se déclarent instatisfaits de la rapidité de leur connexion internet, y compris pour le téléchargement ou le travail à distance. "Cette proportion significative constitue une première base de développement pour le très haut débit", a souligné Luc Chatel dans un communiqué, en rappelant que le gouvernement vise "au moins quatre millions d'abonnés en très haut débit d'ici 2012". Or, le déploiement de la fibre est actuellement en panne en France, les opérateurs n'étant pas d'accord sur la manière de procéder sur la partie terminale.

Deux modèles les opposent: le mono-fibre et le multi-fibre, en fonction du nombre de fibres amenées dans les logements. M. Chatel souhaite "que l'Arcep veille à accélérer les discussions entre opérateurs pour mettre au point les modalités techniques des déploiements d'envergure, notamment dans les immeubles".

Le 10 octobre, l'Arcep avait déjà invité "les opérateurs à conclure des accords de mutualisation incluant l'ensemble d'entre eux et permettant de tester les différentes solutions techniques à l'échelle de quelques grandes agglomérations". Elle avait également préconisé que l'opérateur choisi par l'assemblée des copropriétaires "propose aux opérateurs tiers de poser pour leur compte des fibres surnuméraires sur la partie terminale".