Le tourisme immobilier en Amérique, dernière folie chinoise

Caroline Boudet

— 

Certains rêvent d'une cabane au Canada, d'autres d'une maison aux USA. 300 Chinois partiront le mois prochain pour les Etats-Unis grâce au site Internet Soufun.com. Ils ne débarqueront pas pour immortaliser la Statue de la Liberté ou survoler le Grand Canyon en hélico. Ceux-ci viennent pour un shopping très spécial: dénicher la bonne affaire immobilière sur les ruines de la crise des subprimes, des saisies immobilières et de la crise économique.

L'itinéraire de ce voyage pourrait faire rêver les routards: New York, Los Angeles, San Francisco, le tout en dix jours. "Des villes qui comptent un nombre important d'immigrés Chinois", précise Liu Jian, dirigeant de l'agence immobilière en ligne Soufun.com, un site très connu en Chine. Le tarif de ce tour de l'immobilier bradé? 15.000 yuans par personne, soit 2.200 $, sans compter le billet d'avion, précise le quotidien Officiel ChinaDaily.

Home sweet home

"J'aimerais acheter une maison pour mon fils actuellement lycéen", annonce l'une des participantes. Si elle signe comme espéré pour son home sweet home en périphérie de New York, son cher petit récupérera la maison dans quelques années, au moment d'intégrer une université américaine. Comme elle, 60% des participants au voyage font partie de la classe moyenne aisée chinoise et recherchent des logements pour leurs enfants. Les autres sont "des investisseurs qui ont attentivement suivi l'augmentation des saisies immobilières aux Etats-Unis", selon l'organisateur, qui s'en frotte les mains.

La folie de l'immobilier reflète la montée en puissance depuis quelques années d'une classe moyenne aisée en Chine, selon Wang Hongxin, un universitaire pékinois spécialisé dans l'immobilier. Les Chinois en visite aux Etats-Unis sont autorisés par la loi à dépenser jusqu'à 50.000 $ par an sur le sol américain. Beaucoup d'entre eux l'ont déjà arpenté plusieurs fois afin d'accumuler les fonds leur permettant d'acheter leur toit chez l'Oncle Sam.

Quand on sait que plus d'un million de logements étaient sous saisie aux Etats-Unis au troisième trimestre 2008, selon l'association des banques hypothécaires américaines, il y a de quoi ravir encore pour des mois les acquéreurs potentiels chinois et leur tour opérator improvisé.