Air Liquide sous pression

Jocelyn Jovène

— 

Air Liquide recule de 4% à la Bourse de Paris après l'avertissement sur résultat de son concurrent Praxair et la dégradation de recommandation d'un analyste.

L'action du fabricant de gaz industriel signe la plus forte baisse à la Bourse de Paris mercredi 10 décembre. En cause l'avertissement en Bourse la veille de son concurrent Praxair. Dans un communiqué de presse, l'américain a averti dans la nuit de mardi à mercredi d'une détérioration soudaine de la demande en novembre et d'un risque de fermetures d'usines en décembre qui pèserait davantage sur les volumes de gaz vendus à certains de ses clients industriels.

Praxair table ainsi sur un bénéfice hors exceptionnels par action au quatrième trimestre compris entre 0,95 et 1 dollar, contre 0,98 dollar par action au quatrième trimestre 2007. Le bénéfice par action pour 2008 se situerait entre 4,13 et 4,18 dollars, ce qui marque tout de même une progression de 14% à 15% sur un an.

Dégradation

Mais ce n'est pas tout. Selon le courtier CM-CIC Securities, le groupe Air Liquide lui-même se veut plus prudent. La publication de ses résultats annuels du français, mi février, "présente deux risques: une déception sur la performance 2008 et une révision de l'objectif d'accélération de croissance", note le courtier après une rencontre avec l'équipe relations investisseurs du groupe, qui dégrade sa recommandation sur la société de accumuler à conserver.

Le courtier explique ce changement de ton par une forte diminution des volumes de gaz vendus dans l'activité de Grande Industrie d'Air Liquide, dont les deux tiers du chiffre d'affaires sont réalisés avec des clients de la sidérurgie et de la chimie, deux secteurs affectés par la récession économique de nombreux pays développés.

Cette conjoncture moins favorable, confirmée par l'avertissement de Praxair, conduit le courtier à anticiper un net ralentissement de la croissance des ventes d'Air Liquide au cours du quatrième trimestre – celle-ci ne serait plus que de 1,1% après 8,1% sur les neuf premiers mois de l'année.