L'euphorie est retombée sur les marchés

E24 avec AFP

— 

L'euphorie est retombée mardi sur les places financières mondiales après leur envolée spectaculaire de lundi et les espoirs du plan de sauvetage de l'économie américaine sous la conduite de Barack Obama. Les places européennes ont calmé mardi leurs ardeurs. La Bourse de Paris, qui avait bondi de 8,68%, termine à 1.55%, à 3297,8 points. En milieu d'après midi, à 15h50 (14h50GMT) le CAC ne prenait plus que 1,23%.

Francfort est revenue dans le vert en milieu de journée, suivant le baromètre de confiance des milieux financiers allemands. La veille l'optimisme avait été provoqué par Barack Obama. Le Dow Jones de la Bourse de New York avait gagné 3,46% et le Nasdaq 4,14%.

L'indice vedette Dax de la Bourse de Francfort a terminé mardi en hausse de 1,34% à 4.779,11 points, contre 4.715,88 points la veille à la clôture.

New York a ouvert en baisse

Les perspectives alarmistes de l'OCDE ont encore noirci le tableau déjà sombre de l'économie mondiale. L'économie américaine "traverse une période particulièrement difficile" et l'activité devrait "se dégrader davantage à court terme", a prévenu mardi l'Organisation pour la coopération et le développement économiques.

La Bourse de New York a ouvert en nette baisse mardi, après deux séances de forte hausse: le Dow Jones perdait 1,33% et le Nasdaq 1,45%. Elle s'est rapprochée de l'équilibre un peu avant la clôture de Paris: le Dow Jones perdait 0,20% et le Nasdaq gagnait 1,81%.

En Europe, à l'exception notable de l'Allemagne, plusieurs nouvelles macro-économiques déprimantes ont alourdi le climat.

La Grande-Bretagne a vu le déficit de son commerce extérieur s'aggraver en octobre, à 7,8 milliards de livres (9 milliards d'euros), contre 7,4 milliards en septembre (chiffre révisé), alors que les économistes tablaient sur un déficit inférieur.

La livre sterling de son côté continuait d'enfoncer des seuils de faiblesse face à l'euro: elle est tombée lundi à un nouveau plus bas historique à 1,1444 euro pour une livre.

En France, le commerce extérieur, déjà mal en point avant la crise a poursuivi sa chute inexorable, au fur et à mesure que les économies de ses principaux partenaires entraient en récession.

Pour l'Allemagne, première économie européenne, les chiffres du jour ont été en revanche meilleurs que ceux de la veille. Son excédent commercial s'est élevé à 16,4 milliards en octobre, soit 1,4 milliard de plus qu'en septembre et son excédent des comptes courants a atteint 15 milliards d'euros, pratiquement comme le mois précédent.

Tokyo fait grise mine

En réaction aux chiffres de la récession japonaise la Bourse de Tokyo a fait grise mine, terminant sur un léger gain de 0,80%. Hong Kong a perdu 1,94% et Shanghai 2,54%.