La Poste: les syndicats claquent la porte de la commission Ailleret

E24 avec AFP

— 

Les syndicats CGT, FO et CFTC de La Poste claquent la porte de la commission Ailleret, qui s'est prononcée pour une transformation de l'entreprise publique en société anonyme (SA) avec des investisseurs publics, certains dénonçant une "manipulation".

"Nous allons quitter la commission car il n'y a aucun consensus dans le projet de rapport publié mardi", a déclaré à l'AFP Colette Duynslaeger, secrétaire générale de la CGT-FAPT, premier syndicat de La Poste.

Rapport définitif le 15 décembre

Composée d'élus, de syndicalistes et de représentants de La Poste, la commission Ailleret s'est prononcée en faveur d'une transformation de l'entreprise publique en société anonyme (SA) détenue à 100% par des investisseurs publics, selon un projet du rapport qui doit être examiné par la commission mercredi et jeudi. Le rapport définitif doit être remis le 15 décembre au gouvernement.

"Les syndicats ont reçu le projet de rapport mardi à 13h30 alors que celui-ci avait déjà été publié dans la presse", a par ailleurs dénoncé Mme Duynslaeger. La CGT réaffirme son "opposition totale au changement de statut de La Poste et à une ouverture de capital qui n'est ni plus ni moins qu'une privatisation quoi qu'on en dise", a-t-elle ajouté. "L'heure est à la poursuite et à l'amplification de la mobilisation unitaire des postiers, usagers et élus qui soutiennent cette démarche", a-t-elle conclu.

Contre propositions

Jacques Lemercier (FO-COM) a également indiqué à l'AFP avoir refusé de se rendre à la réunion mercredi, dénonçant une "manipulation par La Poste et le gouvernement". "Nous avions des contre-propositions qui méritaient d'être étudiées et avaient été soutenues à un moment donnée par des parlementaires: elles ne sont même pas mentionnées dans le rapport", a-t-il déploré. "On a perdu trois mois et maintenant on va se battre", a-t-il ajouté faisant part de sa "déception".

Le rapport est un "tapis rouge déroulé au projet de La Poste", a estimé pour sa part Daniel Rodriguez, responsable de la CFTC-Poste et télécommunications, qui a également boycotté la réunion mercredi. La fédération Sud-PTT, deuxième syndicat, avait déjà suspendu sa participation à la commission fin octobre.

Les principaux points du projet de la commission Ailleret

- La Commission considère comme "indispensable" de poursuivre la modernisation des bureaux de poste.

- Elle préconise de "confirmer ses missions de service public et de service universel" et de "clarifier leurs modalités de financement". "La privatisation est exclue et des garanties d'ordre législatif devraient être apportés sur le caractère public de l'entreprise", écrit-elle. Elle insiste sur la nécessité de la "présence postale sur le terrain".

- Aux yeux de la commission, seul "le changement de statut de La Poste en société anonyme à capitaux publics permettrait à l'entreprise de se battre à armes égales", lui permettant de solliciter des fonds auprès d'autres acteurs que l'Etat.

- "Le modèle social doit accompagner le développement du groupe": "La commission estime nécessaire que les fonctionnaires reçoivent de la part du gouvernement la garantie que le développement de La Poste ne remettra pas en question leur statut" et se prononce pour le maintien de l'équité entre fonctionnaires et salariés de droit privé de l'entreprise.