Angela Merkel a réuni un mini-sommet anti-crise

E24 avec AFP

— 

L'année 2009 sera délicate pour Angela Merkel. Crise, élections législatives, conjoncture: autant de facteurs à appréhender. Pour cela, la chancelière allemande a réuni ce dimanche experts, chefs d'entreprise et hommes politiques pour "étudier les possibilités de réagir à une aggravation de la crise". Autour d'Angela Merkel, le vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, adversaire social-démocrate de la chancelière conservatrice en septembre prochain, et les ministres de l'Economie Michael Glos et des Finances Peer Steinbrück.

Reproches

Pour Angela Merkel, ce sera l'occasion de réaffirmer sa détermination à "réagir rapidement" à la dégradation de la conjoncture, selon une interview au journal Bild am Sonntag, alors qu'elle se retrouve en position d'accusée aussi bien dans son pays qu'en Europe pour sa gestion de la crise, jugée trop timorée. Responsables économiques et experts allemands lui reprochent en effet de ne pas avoir bien pris la mesure de la tourmente et jugent le plan de relance économique de 31 milliards d'euros adopté par Berlin largement insuffisant.

Même son de cloche en Europe, où ses partenaires -la France et la Grande-Bretagne notamment- l'exhortent à mettre davantage la main à la poche. Un effort supplémentaire pourrait se révéler d'autant plus nécessaire que la situation de la première économie de la zone euro devrait se dégrader l'an prochain encore plus que prévu. Selon l'hebdomadaire Der Spiegel, le gouvernement de "grande coalition" (CDU conservateurs/SPD sociaux démocrates) table à présent sur un recul de 2% du Produit intérieur brut (PIB). Officiellement, Berlin prévoit encore sur une baisse pouvant aller jusqu'à 1%. Du coup, la situation sur le marché de l'emploi, relativement bonne pour l'instant, devrait se dégrader rapidement. Déjà, les annonces de mise au chômage technique se sont multipliés ces dernières semaines dans l'industrie, le point fort de l'économie allemande. Une mauvaise nouvelle alors que se profilent les élections législatives de septembre 2009. L'emploi devenant ainsi un thème majeur de la campagne.

Un plan fin janvier

Un deuxième plan d'aide à la conjoncture serait d'ailleurs en préparation, croit savoir l'hebdomadaire WirtschaftsWoche. D'un montant d'au moins 30 milliards d'euros, il regrouperait différentes mesures, aussi bien fiscales que d'investissements dans les infrastructures. Pour autant, il ne devrait pas être présenté immédiatement, mais seulement fin janvier, après l'investiture de président américain Barack Obama. Un moyen pour la chancelière de se laisser le temps de "discuter, dans les prochaines semaines, avec beaucoup de concentration, d'une approche concertée" pour sortir de la crise. Elle a déjà convoqué pour le 5 janvier une réunion des partis de sa coalition gouvernementale, consacrée à la crise économique.