Temasek perd potentiellement 2,3 milliards de dollars sur Merrill Lynch

Julien Beauvieux avec AFP

— 

Présentés comme les sauveurs du système financier occidental, les fonds souverains des pays émergents payent aussi les pots cassés. Le fonds singapourien Temasek accuserait ainsi à la fin 2008 "une perte théorique [qui] se situait entre 2,2 et 2,3 milliards de dollars américains" a indiqué vendredi une source proche du dossier citées par l'agence Dow Jones Newswires. Une information qu'un porte-parole de Temasek n'a pas souhaité commenter.

En cause: la participation du fonds dans la banque américaine Merrill Lynch, depuis rachetée par Bank of America. L'acquisition, mise sur pied en septembre dernier et finalisée le 1er janvier 2009, prévoyait un échange d'actions sur la base d'un titre Merill Lynch pour 0,8595 titre de Bank Of America. Mais de l'eau a depuis coulé sous les ponts et le titre Bank of America a perdu près des deux-tiers de sa valeur.

Temasek, qui a était actionnaire à 13,7% de Merrill Lynch et a reçu 189 millions d'actions Bank of America, en est pour ses frais. "Temasek n'a aucunement l'intention de vendre ses titres de Bank of America dans un futur proche au prix d'une perte aussi importante. Il s'attend à ce que le secteur bancaire américain finisse par se redresser", a ajouté la source proche du dossier.

La déconfiture des marchés financiers occidentaux invite pour l'instant les investisseurs émergents à faire le dos rond, plutôt que de constater de lourdes pertes. Mais elle les motive aussi à limiter leurs participations. Le fonds souverain China Investment Corporation (CIC) a ainsi revu sa stratégie et décidé de freiner ses investissements, a indiqué lundi 5 décembre Zhang Hongli, vice-président de l'organisme, cité par l'agence Chine Nouvelle.

"Aujourd'hui, la liquidité est reine. Nous essaierons dans la mesure du possible de ne pas investir", a ajouté le responsable du fonds. Lancé en septembre 2007 pour faire fructifier une partie des gigantesques réserves de changes chinoises, CIC avait réalisé plusieurs prises de participation, notamment dans le fonds d'investissement américain Blackstone ou la banque américaine Morgan Stanley.

En difficulté, Bank of America n'est en revanche plus en position pour conserver l'intégralité de ses investissements passés. L'établissement américain a ainsi réduit mercredi 7 janvier sa participation dans la China Construction Bank (CCB) en vendant 5,62 milliards d'actions. La part de la banque dans CCB est ainsi passée de 19,1% à 16,6% avec cette cession de titres qui, selon des sources proches du dossier citées par l'agence Dow Jones Newswires, a permis à Bank of America de recueillir 2,8 milliards de dollars.