Accord pour la reprise du trafic à l'aéroport de Bangkok

E24 avec AFP

— 

La crise thaïlandaise a connu mardi deux rebondissements majeurs avec le départ forcé du Premier ministre Somchai Wongsawat et l'annonce d'un accord avec les manifestants antigouvernementaux en vue d'une reprise rapide du trafic aérien à Bangkok. Les manifestants, qui occupaient depuis une semaine les deux grands aéroports commerciaux de la capitale, ont lâché du lest après un verdict de la Cour constitutionnelle qui a ordonné la dissolution du parti au pouvoir et l'exclusion de M. Somchai de la scène politique pendant cinq ans.

L'autorité chargée des aéroports de Thaïlande (AOT) "a trouvé un accord" avec les opposants royalistes de "l'Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD) en vue d'une évacuation par les manifestants des zones de passagers à l'aéroport international Suvarnabhumi, a annoncé le président d'AOT, Vudhihaandhu Vichairatama. Un premier vol pourrait partir "d'ici 24 heures, s'il n'y a pas de problème technique", a-t-il dit.

Bataille finale

L'aéroport international Suvarnabhumi et celui de Don Mueang (vols intérieurs) avaient été pris d'assaut la semaine dernière par des milliers de manifestants de la PAD qui avaient lancé une "bataille finale" pour faire tomber le Premier ministre Somchai Wongsawat. L'accord pour la reprise du trafic aérien a été annoncé quelques heures après un verdict de la Cour constitutionnelle qui a ordonné la dissolution du parti au pouvoir et l'exclusion de M. Somchai de la vie politique pendant cinq ans.

Le parti au pouvoir et deux formations alliées ont été dissous parce que certains de leurs responsables ont été reconnus coupables de fraudes électorales lors des législatives de décembre 2007 qui avaient mis fin à quinze mois d'administration militaire. Selon la Constitution adoptée en août 2007, sous l'impulsion d'une junte, l'ensemble d'un parti peut être dissous en Thaïlande si un seul de ses responsables est reconnu coupable de fraude électorale.

La fermeture des aéroports de Bangkok a bloqué en Thaïlande plus de 350.000 passagers, à la fois des touristes étrangers et des Thaïlandais qui avaient réservé des vols internationaux en partance de la capitale, selon le ministère du Tourisme.