L'Australie va devoir respecter les vins européens

E24 avec AFP

— 

Fini le "Champagne" et le "Porto" australien. A la suite d'un accord signé lundi 1er décembre avec Bruxelles, Canberra s'est engagée à mettre fin progressivement d'ici mars 2010 à toute production, commercialisation sur son territoire ou exportation de vins utilisant toute une série de dénominations européennes réputées. Il s'agit, entre autres, du Champagne, du Porto, du Sherry, du Chablis, du vin de Bourgogne, du Marsala, du Sauterne, du Claret ou de l'Amontillado.

"Cet accord sur le vin est le plus complet jamais conclu avec un pays tiers" par l'Union européenne, a indiqué la Commission européenne. Et pas n'importe quel pays tiers: l'Australie est une des grandes puissances viticoles de la planète.

Le combat n'est pas terminé

"Nous avons obtenu, et c'est l'essentiel, la protection de nos indications géographiques et de nos mentions traditionnelles, ce à quoi les producteurs européens attachaient une importance capitale", a ajouté Mme Fischer Boel.

En échange, l'Australie obtient une procédure simplifiée de certification pour l'exportation de ses vins dans l'UE et la reconnaissance de méthodes propres de vinification. Ses indications géographiques comme "Barossa Valley" dans le sud-est du pays, un de ses vins les plus connus, sont aussi clairement reconnues. Dans le même temps, certaines indications géographiques communes à l'UE et à l'Australie pourront continuer à exister, comme le "Montana" (utilisé en Bulgarie) ou la marque de vin "Southcoast" (côte méridionale).

Le combat pour le respect des appellations européennes n'est pas terminé. L'UE négocie actuellement avec les Etats-Unis un accord similaire à celui conclu avec l'Australie, des viticulteurs américains continuant d'utiliser des indications géographiques européennes sur leurs bouteilles, comme le "Champagne de Californie". Mais les Etats-Unis n'ont fait que des concessions limitées jusqu'à présent, selon les négociateurs européens.