Paris s'enfonce dans un marché inquiet

E24 avec AFP

— 

Mauvaise journée à la Bourse de Paris. Le CAC a creusé nettement ses pertes dans le sillage de la dégringolade de Wall Street. L'indice phare de la place parisienne a perdu 5,6% à 3079,98 points points, les investisseurs prenant leurs bénéfices après l'envolée de la semaine dernière et face aux sombres perspectives économiques. A 12H11 déjà, l'indice vedette perdait 80,27 points à 3.182,41 points après avoir ouvert à l'équilibre. Le volume d'échanges était très faible de 752 millions d'euros.

La marché était une nouvelle fois plombé par les inquiétudes sur l'état de l'économie alors que de nombreux indicateurs seront publiés cette semaine. Ces indicateurs "resteront très mal orientés", prévient la maison de courtage Aurel dans une note. "En Europe, les attentes des investisseurs se concentreront sur la décision de la BCE" jeudi, détaille encore Aurel.

Concurrence

La Banque centrale européenne (BCE), qui a abaissé son taux directeur d'un demi-point à 3,25% début novembre, pourrait réduire son taux de 0,75 point, ou de 0,50 point si elle souhaitait conserver des munitions en cas d'aggravation de la récession. Les banques étaient plombées alors que le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a affirmé dimanche que Bruxelles examinait avec rigueur le plan bancaire français, expliquant qu'il fallait prendre garde à ne pas introduire "des distorsions dans la concurrence". Dexia reculait de 5,35% à 3,23 euros, BNP Paribas de 6,17% 40,65 euros, Crédit Agricole de 4,07% à 8,36 euros et Société Générale de 2,25% à 32,63 euros. En queue du CAC 40, ArcelorMittal s'est effondré de 11,87% à 16,51 euros. Le numéro un mondial de l'acier vise 1.400 "départs volontaires" parmi ses salariés en France d'ici le début 2009.

Les autres Bourses européennes ont elles aussi fortement chuté, les marchés subissant une correction et des prises de bénéfices après le beau rebond observé la semaine dernière. "Après avoir bénéficié d'une de leurs meilleures semaines, les marchés actions mondiaux ont reçu ce lundi un rappel brutal que nous sommes toujours fermement installés dans une tendance baissière", a commenté à Londres David Evans, analyste chez BetOnMarkets.com. Aux Etats Unis, l'activité dans l'industrie s'est encore dégradée en novembre, selon l'indice ISM des directeur d'achats du secteur, tombé à son plus bas niveau depuis mai 1982. Une demi-heure avant la clôture européenne, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) reculait de 404,53 points (4,20%) à 8.424,51 points et le Nasdaq de 82,31 points (4,52%) à 1.453,26 points.

Correction

Le Footsie-100 de la Bourse de Londres à lâché 222,52 points, soit 5,19%, à 4.065,49 points. Aucune valeur de l'indice n'a fini la séance en hausse. Les minières ont une nouvelle fois été les premières victimes du renversement d'humeur. Kazakhmys a perdu 16,46% à 217 pence, Lonmin 18,25% à 696,50 pence, Anglo American 14,15% à 1.317 pence et Xstrata 12,52% à 814 pence.

Francfort a dégringolé de 5,88%, le Dax revenant à 4.394,79 points, contre 4.669,44 points vendredi à la clôture. Les valeurs de l'automobile et de la finance, qui avaient fortement rebondi la semaine passée, ont très mal commencé la semaine. Commerzbank a chuté de 10,19% à 6,48 euros, Deutsche Bank de 11,06% à 24,88 euros, Allianz de 6,70% à 60,84 euros.

L'AEX des principales valeurs de la Bourse d'Amsterdam a cédé 6,75% à 235,5 points. Les replis les plus forts ont été enregistrés dans le secteur financier. Le bancassureur Aegon a ainsi perdu 8,73% à 3,38 euros, Fortis a baissé de 9,72% à 0,65 euros et ING de 11,36% à 5,85 euros.

A Madrid, l'indice Ibex-35 des valeurs vedettes a fini sur une baisse de 4,49% à 8.510,5 points, plombé par les valeurs bancaires et de l'énergie. Les deux principales banques ont reculé de plus de 6%, Santander perdant 6,69% à 6,00 euros et BBVA 6,39% à 7,62 euros. Journée noire également pour les valeurs du secteur énergétique. Gas Natural a plongé de 7,76% à 19,96 euros, Iberdrola de 7,73% à 5,37 euros, Gamesa de 7,01% à 12,20 euros et Acciona de 6,91% à 66,05 euros.

L'indice SP/Mib de Milan a dérapé de 6,25% à 18.736 points, passant sous la barre des 19.000 points.Parmi les poids lourds de la place financière italienne, le groupe d'énergie Enel a chuté de 9,58% à 4,438 euros, tandis que la première banque italienne UniCredit a cédé 6,37% à 1,675 euro et sa rivale Intesa Sanpaolo 8,56% à 2,158 euros. Le groupe automobile Fiat s'est replié de 4,76% à 5,5 euros et le pétrolier Eni de 7,16% à 16,46 euros. Enfin, les Bourses nordiques ont elles-aussi clôturé en baisse, Oslo et Helsinki cédant respectivement 7,78% et 6,65%. La place suédoise perdait 5,40% et Copenhague 2,17%.