Bienvenue à la Foire aux millionnaires

— 

Besoin d'oublier les difficultés du temps? Bienvenue à la Foire aux millionnaires. Non, il ne s'agit pas d'un endroit où l'on expose des millionnaires mais d'un salon où l'on présente tout ce qu'ils achètent. Du 27 au 30 novembre se tenait à Moscou la 4e édition de cet extravaguant étalage de super ultra luxe. Car en ces temps de crise mondiale, rien n'est plus efficace pour le moral que de faire comme si elle n'existait pas. Tout en adaptant son comportement car la Russie traverse la pire situation économique de ces dix dernières années.

Ventes en baisse

Si les millionnaires russes ont bien fait le déplacement, tout comme les moscovites heureux de cette splendeur nationale, les ventes n'étaient pas, elles, totalement au rendez-vous pour les exposants. Là où Gulfstream vendait en moyenne 20 jets par an à un prix oscillant entre 150 et 250 millions de dollars, la société n'a pas enregistré de commande depuis l'été dernier en Russie. A la Foire, la société a donc jugé inopportun de prendre, comme les années précédentes, un stand trop luxuriant, indique à l'Independant Gaukhara Zhakish, responsable de Gulfstream jets en Russie.

Pourtant, les organisateurs du salon, tout comme les exposants pleins d'espoir, ont fait comme si la crise n'existait pas. Tout a été fait pour l'oublier d'ailleurs. Le tennisman Rafael Nadal était l'invité d'honneur de la soirée de gala. Tout a été conçu comme une fête. Et le champagne -français comme il se doit- coulait à flot, servi par de jeunes femmes tête en bas, pendues par les pieds, maniant le magnum avec une dextérité d'acrobate.

A peine entré dans le premier hall de l'immense centre d'expositions Crocus-Expo, dans le nord-ouest de la capitale russe, on est dans l'ambiance: deux hélicoptères encadrent une Ferrari et une Aston Martin digne des plus classiques James Bond. Disséminés sur les 10.000 m2 d'exposition: un babyfoot en acier chromé (15.000 euros) ou des téléphones incrustés de diamants à un million d'euros sans 3G ni wifi.

Deux millions pour un yacht

Un peu plus loin, un yacht de 17,83 mètres de long attire nombre de curieux qui attendent leur tour pour pénétrer à l'intérieur du navire après avoir retiré leurs chaussures, et voir cet étalage de luxe. "En plus, il est "vraiment bon marché, deux millions d'euros", sourit le propriétaire et directeur de la société Nordmarine qui commercialise ce bijoux des eaux, Evguéni Kotchman. "Nous sommes optimistes." Malgré la crise? "Tout va bien se passer", se convainc-t-il.

Même son de cloche au stand de la société immobilière Stars Dome de Dubaï, venue à la Foire des millionnaires pour proposer ses villas de grand standing sur les îles artificielles de l'émirat. "Ceux qui veulent s'offrir ça se l'offriront toujours", affirme le patron, James Lamond. Même en temps de crise? "Ces gens-là ne voient pas des choses comme ça. C'est de l'ultra ultra ultra luxe", argumente-t-il. Pas pour des VIP, mais des "VVIP" (very very important persons), insiste-t-il. "Je vais essayer de vendre une villa à Daniel Craig", alias James Bond, se réjouit-il.

La bonne humeur de Hummer

L'humeur millionnaire est aussi au beau fixe chez Hummer, une marque de bolides automobiles dont un imposant modèle noir s'expose avec deux jeunes hôtesses en short kaki et tee-shirt blanc moulant, tout à l'image de la soirée inaugurale: mannequins en goguette, tenues légères et paillettes. "En Russie, la route du Hummer est prometteuse", se réjouit le directeur des ventes, Artem Frolov: "Beaucoup de femmes en achètent pour se faire respecter", au volant de ces puissants 4x4 très en vue dans les rues de Moscou, où la limitation de vitesse semble loin d'être une priorité.

"Certains sont même prêts à acheter ces véhicules sans les voir", indique-t-il. "En général ils payent en liquide" un Hummer qui coûte quelque 100.000 dollars (77.000 euros), affirme Artem Frolov.

Le luxe marche en Russie

La capitale russe est aussi une source de satisfaction pour la société General Entertainment Associates, qui organise des soirées de divertissement, banquets et mariages: "Moscou est un très bon endroit pour ce type de prestations", affirme une responsable, reconnaissant toutefois que la crise économique a affecté certains de concurrents. "Mais pas nous".

A en croire une étude de la société américaine de consulting Bain & Company, les entreprises avides de millionnaires russes ont encore de beaux jours devant elles. Si le marché mondial du luxe commence à sentir les effets de la crise économique et pourrait entrer en récession l'an prochain, la Russie va être relativement épargnée de même que d'autres pays émergents tels la Chine, le Brésil et l'Inde: le marché des biens de luxe dans ces pays va enregistrer au cours de cinq prochaines années une croissance de 20% à 35%, selon l'étude.

Outre l'étalage de luxe, des shows et des animations ont été proposés au public, parmi lesquels un "séminaire anti-crise" de l'"Institut des jeunes filles de bonne famille", animé par une star controversée de la télévision russe, Ksenia Sobtchak. Tout un programme.