Plus de transparence attendue sur les rémunérations

E24 avec AFP

— 

Les sociétés cotées en Bourse ont encore des progrès à faire en matière de transparence sur les rémunérations des dirigeants, selon un récent rapport de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Les entreprises cotées en Bourse ont fait des efforts en matière d'information sur le gouvernement d'entreprise et le contrôle interne, mais des progrès restent à faire dans le domaine de la rémunération des dirigeants. La quasi-totalité des entreprises communiquent sur un niveau de rémunération globale, et présentent au moins sommairement les règles de rémunérations et avantages de toute nature, estime l'AMF.

Le régulateur estime que les entreprises devraient appliquer les recommandations formulées en octobre 2008 par l'Association des entreprises privées (AFEP) et le Medef, afin d'améliorer la lisibilité et l'accessibilité de ces informations.

L'AMF n'a pas souhaité cette année émettre de nouvelles recommandations car ce cinquième "Rapport sur le gouvernement d'entreprise et le contrôle interne" est pour la dernière fois réalisé sur la base de la loi sur la sécurité financière (LSF) de 2003. A partir de l'exercice 2008, les sociétés rédigeront leurs rapports conformément au nouveau cadre communautaire à la suite de la transposition par la France des directives européennes en la matière.

Concernant la gouvernance d'entreprise, l'AMF souligne surtout la progression en termes de transparence, en particulier concernant les précisions données sur les missions et le bilan de l'activité du conseil d'administration ou de surveillance et l'articulation de ses travaux avec les comités spécialisés.

Pour le contrôle interne, l'AMF note que plus de la moitié des sociétés comprises dans l'échantillon se réfèrent à son cadre de référence de janvier 2007. L'AMF préconise cependant d'améliorer l'information sur la gestion des risques et de mieux communiquer sur les défaillances ou insuffisances graves des contrôles internes.

L'an dernier, le salaire moyen des patrons des sociétés au sein du SBF120 ont augmenté de 6%, selon le cabinet de conseil Proxinvest.