La Guyane veut une baisse de carburant

E24 avec AFP

— 

Camionneurs et automobilistes paralysent la Guyane depuis une semaine. Ils réclament une baisse de 50 centimes par litre de carburant. Les partis politiques du département d'outremer en appellent à Nicolas Sarkozy pour sortir du conflit. Dans une lettre au chef de l'Etat rendue publique dimanche, les responsables de huit formations politiques parmi les principales de Guyane demandent au président de la République de prendre "toutes les décisions nécessaires à l'aboutissement de la juste demande du peuple guyanais".

50 centimes

Cette initiative intervient alors que les manifestants, qui réclament une baisse de 50 centimes par litre de carburant, maintiennent les 25 barrages routiers qu'ils ont érigés pour empêcher la circulation dans le département, ne laissant passer que les transports d'urgence. L'aéroport international de Rochambeau (Cayenne) restait fermé dimanche aux vols commerciaux, tandis qu'au port, les bateaux étaient à quai.

Menée par une coalition comprenant des associations de consommateurs et des syndicats professionnels, notamment des transporteurs, soutenue par de nombreux élus, la fronde n'a donné lieu à aucune violence durant le week-end. Les forces de police se tenaient à distance des barrages, formés de véhicules garés en travers des routes et de barrières métalliques.

Jégo

Le secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Yves Jégo demande au conseil régional de Guyane d'abaisser le montant de ses prélèvements sur les carburants en échange d'une "enveloppe exceptionnelle de 10 millions d'euros", dans un entretien publié, lundi 1 décembre, dans France Guyane. "Le seul moyen pour aller aux 50 centimes, chacun le sait, est (...) que la région Guyane qui perçoit la totalité des taxes prélevées sur les automobilistes accepte, elle aussi, de réduire ses prélèvements", explique le secrétaire d'Etat.

Yves Jégo avait déjà annoncé vendredi avoir obtenu des pétroliers qu'ils consentent à une baisse de 30 centimes par litre de carburant et proposé de prendre 5 millions d'euros dans le fonds exceptionnel d'investissement pour l'outre-mer pour compenser le manque à gagner des collectivités. Il a d'ailleurs confirmé ce lundi que "le prix des carburants a bien baissé de 30 centimes à la pompe ce matin en Guyane". Cette fois c'est un doublement de cette enveloppe qu'il propose. "Si la région, avec l'accord de ses partenaires, délibère dès ce début de semaine pour une baisse de 20 centimes immédiate qui viendrait s'ajouter aux 30 centimes déjà appliqués, et si l'activité reprend rapidement, je suis prêt à doubler l'engagement financier de l'Etat. Je pourrai alors réserver, dès 2009, une enveloppe exceptionnelle de 10 millions d'euros", dit-il.

Millions

"Cette somme serait prélevée sur le nouveau fonds exceptionnel d'investissements de l'outre-mer et permettrait de réaliser, grâce au cumul avec les fonds européens, entre 20 et 50 millions d'investissements nouveaux pour les collectivités de Guyane qui auront joué le jeu", poursuit Yves Jégo. "J'en appelle maintenant à la responsabilité de la classe politique et de tous les acteurs de la vie locale en Guyane. Personne ne comprendrait, me semble-t-il, que les élus qui ont pris fait et cause pour cette revendication refusent maintenant de mettre en oeuvre la solution attendue qui dépend désormais exclusivement d'eux", dit-il encore.