Avec la Wii et la DS, Nintendo se joue de la crise

Guillaume Guichard

— 

Nintendo défie la crise. Avec sa Wii et sa console portable DS, il en tire même profit, à en croire Mineo Koda, le patron de la branche coréenne du fabricant japonais de console de jeux. "Nos ventes ne dépendent pas de la situation économique, mais du fait que nous vendions ou pas des produits fun", a expliqué Mineo Koda, dans une interview au Korea Herald.

Au vu des chiffres de vente des deux consoles, le fun est bien rentré dans les foyers du monde entier. Aux Etats-Unis, le plus gros marché pour Nintendo, les ventes de la Wii ont bondi de 59% en décembre dernier, à 2,15 millions d'unités. Depuis son lancement sur le sol américain en novembre 2006, le numéro un de la console a écoulé 10,17 millions de Wii. Un record. La portable DS n'est pas en reste avec 3 millions d'exemplaires écoulés sur le sol américain au mois de décembre. Là aussi, un record. Mais Nintendo aurait pu faire encore mieux. "La demande continue de dépasser l'offre et nous aurions pu en vendre encore plus si nous avions eu plus de stock", a souligné Cammie Dunnaway, vice-présidente Nintendo Etats-Unis, dans un communiqué.

Les Etats-Unis ne sont pas une exception. Le succès des consoles Wii et DS est aussi avéré en Europe. Lancée sur ce marché en décembre 2006, la Wii s'est écoulée à 14,2 millions d'unités dont 8 millions, en 2008. Même tendance pour la DS, qui s'est vendue à 11,2 millions d'unités en 2008. Au total, la Wii a été vendue à 48 millions d'exemplaires dans le monde. Les principales consoles concurrentes restent loin derrière: la XBox de Microsoft a été écoulée à 28 millions d'exemplaires et la PS2 de Sony à 19,5 millions.

Du coup, Nintendo apparaît comme le sauveur d'une industrie du jeu vidéo en crise. "Nintendo a épargné au secteur la dureté du retournement économique au second semestre 2008", selon Jesse Divnich, analyste chez Electronic Entertainment Design and Research, cité par le Los Angeles Times.

Nintendo a fait plus fort qu'amortir la crise économique, il a révolutionné le secteur. Jusque là, les consoles s'adressaient aux joueurs acharnés, solitaires et experts. Les jeux au graphisme de plus en plus réaliste sont aussi de plus en plus compliqués. Et les manettes de jeux sont équipées de plus en plus de boutons.

Rien de tout cela sur les consoles Nintendo. Elles sont simples d'utilisation. Les jeux sont plus basiques mais ludiques. Il est possible de s'amuser à plusieurs, par exemple avec une bonne partie de bowling. Et ceux qui le veulent peuvent faire du sport avec la Wii Fit. En bref, la Wii c'est pour toute la famille.

"Nous avons senti que le public se détournait des jeux vidéos et que notre industrie n'avait pas d'avenir si nous ne changions pas", affirme Mineo Koda. "Nous voulions que ceux qui ne jouent pas aux jeux vidéos habituellement se mettent à aimer ça". Pari réussi.

Le public a adhéré à ces nouveaux types de jeux. Au 31 mars 2008, près de 148 millions de jeux pour la Wii se sont vendus et 369 millions pour la DS. La tendance se poursuit. Cinq des dix jeux les plus vendus aux Etats-Unis en décembre étaient développés pour la Wii. Les éditeurs se frottent les mains et s'engouffrent dans la brèche.

Au point que certains ont eu l'idée de proposer des leçons de cuisine sur DS et même des cahiers de vacances pour écoliers. Autant apprendre en s'amusant. Les Japonais sont allés au bout de cette logique en rendant obligatoire l'utilisation de la DS dans un collège pour les cours d'anglais.