Bruxelles veut résorber les déficits budgétaires

E24 avec AFP

— 

Résorber les déficits budgétaires sera très certainement le défi à relever par la présidence tchèque de l'Union européenne. Dès à présent, la République tchèque veut faire adopter par les Etats membres un plan concerté pour résorber les déficits budgétaires que creusent les divers plans de relance économique, assure le quotidien Financial Times Deutschland à paraître ce lundi 19 janvier.

Une proposition en sens sera faite au cours de la réunion des ministres européens des Finances, ce lundi et mardi à Bruxelles. L'Allemagne et les Pays-Bas, notamment, y sont favorables, mais la France y est opposée de même que l'Italie et la Grèce, selon le FTD.

"Après la coordination des plans de relance, il faut une coordination de la consolidation", écrit le ministre tchèque des Finances Miroslav Kalousek dans un document obtenu par le quotidien. Les Européens prendraient "avant l'été" des engagements sur un assainissement de leurs finances publiques.

Après l'accord des pays européens en décembre sur un plan de relance d'environ 200 milliards d'euros et le lancement de mesures nationales, les gouvernements révisent les uns après les autres leurs objectifs budgétaires. La Commission européenne a déclaré qu'elle ferait preuve d'une certaine souplesse en matière budgétaire, tout en restant dans les limites prévues par le Pacte, en raison des "circonstances exceptionnelles".

Mais Miroslav Kalousek a déjà prévenu les Etats. "Il y a un risque que si nous ne respectons pas la discipline, nous ayons de vrais problèmes pour résorber les dettes". Le recours massif à l'emprunt pour financer les plans de relance accroît en effet à court terme l'instabilité économique de certains pays déjà fortement endettés.

Parallèlement, la Commission européenne table sur un recul de 2% du PIB de l'Union européenne en 2009, affirme le quotidien allemand Die Welt de lundi en citant des sources informées. Elle avait estimé début novembre que la croissance devrait atteindre 0,2% en 2009 pour l'ensemble de l'UE contre 1,4% en 2008, puis qu'elle serait de 1,1% en 2010. Mais à la mi-décembre, le commissaire européen aux Affaires économiques Joaquin Almunia avait indiqué que les prévisions pour 2009 seraient prochainement révisées à la baisse et que les résultats seraient "un peu plus négatifs que ceux estimé le 3 novembre". Les prévisions doivent officiellement être annoncées ce lundi à Bruxelles.