Arianespace prévoit un volume d'affaires stable en 2009

E24 avec AFP

— 

La crise ne devrait pas affecter le volume d'affaires d'Arianespace malgré un rétrécissement du marché. C'est le message qu'a voulu faire passer son PDG Jean-Yves Le Gall, mardi 6 janvier. "Pour l'année 2009, tenir un volume d'affaires à peu près équivalent à celui de 2008 ne me paraît pas hors de portée" pour Arianespace, a indiqué Jean-Yves Le Gall, qui a évoqué la possibilité de signer "onze ou douze" contrats.

Un peu moins qu'en 2008. Numéro un du secteur, le groupe a enregistré 13 contrats vers des orbites géostationnaires en 2008, au même niveau que l'année précédente. Mais les satellites sont en moyenne "plus petits", a détaillé le PDG d'Arianespace. Conséquence de la crise, le marché s'est cependant rétréci, avec la baisse du nombre de contrats ouvert à la compétition en 2008 (18 contre 25 en 2007).

"La crise est là", en a déduit Jean-Yves Le Gall. Mais touche les clients de façon "très différenciée": tandis que les gros opérateurs sont peu touchés, "plusieurs nouveaux entrants ont gelé leurs projets" en raison de difficultés de financement, selon lui.

En 2008, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 950 millions d'euros (contre 940 millions l'année précédente). Il a procédé au lancement de six Ariane 5 depuis la Guyane et d'un Soyouz de fabrication russe depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Résultat, les comptes de 2008 sont "équilibrés", selon Jean-Yves Le Gall.

La société devrait lancer "six à huit" Ariane 5 en 2009 et effectuer vers la fin de l'année un premier tir du lanceur de satellite russe Soyouz depuis la Guyane cette année. Au total, huit lancements de Soyouz sont prévus d'ici la fin 2010, dont une partie sera donc "sans doute" encore tirée de Baïkonour. Quant au lanceur de petite capacité Vega, il être mis en "service commercial en 2010", a indiqué Jean-Yves Le Gall.