Barack Obama constitue sa "dream team" pour agir vite

E24 avec AFP

— 

Le président élu Barack Obama, confronté à la pire crise financière depuis 80 ans, place sans ambiguïté l'économie en tête de ses priorités avec la préparation d'un plan de relance de l'emploi sur deux ans et la nomination au Trésor de Timothy Geithner.

Les nominations de Geithner, président de la Réserve fédérale de New York, et de toute l'équipe économique d'Obama, doivent être annoncées demain à Chicago lors d'une conférence de presse du président élu. Il apparait que Barack Obama veut pouvoir agir immédiatement après son investiture le 20 janvier. Cette perspective a déjà été applaudie par Wall Street qui a rebondi vendredi après une semaine calamiteuse.

Obama n'attend pas

L'ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton, Lawrence Summers, 54 ans à la fin du mois, devrait être conseiller économique spécial du président. Il était l'un des prétendants au Trésor.

Peter R. Orszag, économiste de l'équipe Clinton, pourrait devenir directeur du budget.

La volonté de Barack Obama de pourvoir le poste-clé du Trésor sans attendre, de mettre rapidement en place un "commando de choc" et un plan de bataille pour juguler la crise financière, ne peut que rassurer.

"Le plus important pour le marché, et pour l'économie, c'est que ces décisions soient prises et l'incertitude levée", souligne David Kotok, président de Cumberland Advisors, cité par le New York Times.

Entre une activité économique en recul brutal, un secteur financier et des marchés en déliquescence, un chômage qui grimpe et une consommation déprimée, le rôle du prochain secrétaire au Trésor sera crucial et sa tâche ardue.

A 47 ans, le même âge que barack Obama, Timothy Geithner sera l'un des plus jeunes secrétaires au Trésor américains. Les deux hommes se connaissent peu mais, selon des proches du président élu, ils ont immédiatement été sur la même longueur d'onde lors d'une récente rencontre.

Urgence face aux chômages

Barack Obama veut aussi s'attaquer d'urgence au chômage.

Il a annoncé samedi 22 novembre avoir demandé à ses conseillers de préparer un plan de relance économique permettant la création de 2,5 millions d'emplois "en deux ans, à l'échelle nationale, afin de (...) jeter les bases d'une économie solide et en pleine croissance".

Depuis le début de l'année, le pays a perdu 1,2 million d'emplois et des millions d'autres pourraient être supprimés l'an prochain si aucune mesure n'était prise.

Et Hillary...

Dans quelques jours, Obama devrait aussi lever le suspense sur la nomination de son ancienne rivale Hillary Clinton à la tête de la diplomatie américaine, un autre poste-clé. "Elle est prête", a déclaré un de ses confidents.

Plusieurs autres nominations semblent décidées. L'ancien leader de la majorité démocrate au Sénat Tom Daschle devrait devenir secrétaire à la Santé, Janet Napolitano, qui gouverne l'Arizona, secrétaire à la Sécurité intérieure et Eric Holder, ancien de l'administration Clinton, secrétaire à la Justice.

Quant au délicat portefeuille du Commerce, il devrait aller à Bill Richardson, ancien secrétaire à l'Energie, fin négociateur et seul gouverneur hispanique des Etats-Unis, au Nouveau-Mexique.

James Jones, ancien général et ancien commandant de l'Otan, pourrait devenir conseiller à la sécurité nationale. L'actuel secrétaire à la Défense, Robert Gates, pourrait conserver son poste.