Des perturbations sur les TER et le Transilien

E24 avec AFP

— 

Un mouvement en demi-teinte. La SNCF prévoit pour demain lundi un trafic "faiblement perturbé", les perturbations concerneront essentiellement les trains régionaux et l'Ile-de-France. Ni les TGV ni les grandes lignes ne sont touchés. La plupart des syndicats, à l'exception de Sud, ayant suspendu leur mot d'ordre de grève lancé pour protester contre la nouvelle réglementation du fret.

La SNCF prévoit un trafic "normal" pour les grandes lignes, les trains Corail, l'Eurostar (Paris-Londres) et le Thalys (Paris-Bruxelles). Mais sur les lignes de la vie quotidienne des Français, celles des TER dans dix-huit régions, dont l'Ile-de-France et son maillage serré de banlieue, le trafic ne doit être assuré qu'"à hauteur de 60 à 70%". Le mouvement devait commencer dimanche à 20h00. Cinq régions connaîtront un trafic "normal" pour leurs TER: PACA, Languedoc Roussillon, Aquitaine, Bretagne et Limousin, selon la SNCF.

Crainte de "dumping social"

Au centre du conflit, se trouve la réforme du fret et les modifications sur la réglementation régissant le temps de travail des conducteurs, qui font craindre aux syndicats la création d'un deuxième statut moins favorable et l'introduction d'un "dumping social" au sein même de l'entreprise. Cette réforme a pour objectif de faire baisser les coûts de production du fret, déficitaire à la SNCF, face à la concurrence installée sur les rails français depuis 2006. Aujourd'hui, sept entreprises autres que la SNCF font rouler des trains et représentent environ 8% du marché du fret. La semaine dernière, devant la perspective d'une grève dure des conducteurs, la SNCF a accepté de revoir sa copie en matière de déréglementation du travail. Un décret permettant le recours à des "volontaires", qui travaillent un peu plus longtemps, est paru, mais son application dans les tableaux de service ("roulements"), prévue le 14 décembre, a été reportée. Aucune nouvelle date n'a été fixée pour l'instant.

Un mouvement affaibli

La Fgaac et la CFDT dans un premier temps, puis la CFTC, la CGC et la CGT dans un deuxième temps ont suspendu leurs préavis de grève, estimant que la direction avait "reculé". Seul Sud-Rail a maintenu son préavis de grève reconductible, estimant qu'il n'y avait eu "aucun recul". "Le mouvement est évidemment affaibli, mais nous devons restons mobilisés", a indiqué Christian Mahieux de Sud Rail à l'AFP. Le recul des autres syndicats "est incompréhensible pour nous, dans la mesure où le texte de la direction aujourd'hui est le même que celui d'il y a quelques jours contre lequel on s'était mobilisé", a-t-il ajouté. "Il y a de fait deux réglementations, et un phénomène de dumping social au sein même de l'entreprise, entre les salariés", a ajouté Alain Cambi, de Sud Rail, qui conteste aussi la stratégie globale de la SNCF en matière de transport de marchandises.

Le Fret n'est plus ce qu'il était

"Pour abaisser ses coûts, et affronter la concurrence, la SNCF a renoncé depuis 2004 au transport de 15 milliards de tonnes/km par an qu'elle jugeait non rentable. Elle a contribué à mettre sur les routes 1,5 million de camions de plus par jour, une vraie catastrophe", a jugé Alain Cambi. Il estime par ailleurs que le gouvernement a choisi de ne pas actionner certains leviers face à la concurrence, comme le montant du péage des "sillons" (droits de trafic), et les travaux sur les voies, qui plombent les comptes du fret.

FO pour sa part a appelé ses adhérents à se prononcer lors des assemblées générales de cheminots, et s'est joint à Sud pour un appel à une grève reconductible des contrôleurs à partir de lundi 04H00.