Le Congrès américain critique l'action du Trésor

E24 avec AFP

— 

Le Congrès des Etats-Unis a publié, mercredi 10 décembre, un rapport très critique sur la façon dont le département du Trésor s'y prend pour mettre en oeuvre la loi l'autorisant à dépenser 700 milliards de dollars pour stabiliser le système financier américain. Réalisé par une commission de surveillance du Congrès spécialement créée pour contrôler l'action du ministère, ce rapport d'une trentaine de pages pose dix questions en forme de critiques sur l'action du gouvernement depuis l'entrée en vigueur de cette loi le 3 octobre.

Tergiversation

Il reproche au Trésor d'avoir changé ses plans à plusieurs reprises et se demande s'il a une ligne d'action claire. Il lui reproche notamment d'avoir tergiversé avant de renoncer à son idée première, qui était de racheter les actifs invendables accumulés par les banques au cours de la bulle immobilière.

Concernant le programme de 250 milliards de dollars mis en place pour renflouer les banques, la commission refuse de croire sur parole le Trésor, qui estime avoir stabilisé le marché du crédit grâce à cette action. La commission proclame au contraire sa volonté de prendre du temps pour mesurer les retombées réelles de ce plan.

Elle reproche au Trésor de ne pas avoir voulu mettre en oeuvre le plan d'aide aux emprunteurs immobiliers proposé par l'organisme fédéral d'assurance des dépôts bancaires (FDIC) et lui demande de s'expliquer sur ce point. Le rapport exhorte également le ministère à contrôler l'usage que les banques aidées font des sommes qu'elles ont reçues de l'Etat.

Doutes

La commission émet des doutes sur la valeur de la participation dans le capital des banques reçue en échange de sa mise de fonds, laissant entendre que l'Etat, et donc les contribuables, a été moins bien servi que certains investisseurs privé ayant réalisé des prises de participation similaires.

Relevant que les constructeurs automobiles ont dû présenter un plan de développement faisant la preuve de leur viabilité à long terme pour pouvoir espérer un prêt de l'Etat de 15 milliards de dollars, la commission demande si le Trésor a exigé la même chose des banques secourues et dit en douter. Elle demande enfin au Trésor de faire la preuve qu'il a mis au point des plans de secours en cas de détérioration de la situation économique. Le seul républicain représenté dans la Commission, Jeb Hensarling, a refusé de voter le rapport.