La contrefaçon n'épargne aucun secteur d'activité

Elsa Meyer

— 

Au mot "contrefaçon", on pense souvent sacs Vuitton, bagages Chanel, ou DVD et produits high-tech piratés.

Mais le phénomène touche aujourd'hui tous les secteurs d'activité, des cosmétiques aux piles, en passant par les produits alimentaires, selon un rapport de l'Union des fabricants (Unifab), remis aujourd'hui à la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.

Consommation courante

A l'origine ciblé sur les produits de luxe, le phénomène s'est étendu, depuis quelques années, une "à tous les produits et à tous les consommateurs et sur tous les marchés", analyse le rapport.

L'industrie du luxe ne représentait plus qu'1% des produits interceptés aux frontières de l’Union européenne en 2006.

Le textile, les articles de sport, les produits culturels, le high-tech, les cosmétiques et les cigarettes restent des valeurs sûres pour les faussaires. Mais les secteurs de consommation courante sont de plus en plus touchés, avec des conséquences directes sur la santé et la sécurité de leurs utilisateurs.

L'industrie lourde et l'automobile

L'industrie lourde est devenue un terrain de jeu à part entière pour les contrefacteurs. 56 % des entreprises fabriquant des appareils domestiques (ménager, électroménager, outillage) sont aujourd'hui copiées dans le monde, selon le rapport. Les piles contrefaites ont aussi envahi les marchés nord-américains et japonais.

Autre secteur privilégié: les pièces détachées automobiles. 5 % à 10 % des pièces de rechanges de voitures vendues au sein de l’Union européenne entre 2000 et 2008 seraient des contrefaçons.

Pneus, carrosseries, phares, capots de moteur: tout y passe avec des risques importants d'accidents.

Le jouet

Les jeux et jouets contrefaits sont également devenus une source d'inquiétude à travers le monde. "La contrefaçon du jouet représenterait aujourd’hui 7 à 10 % du chiffre d’affaire mondial du secteur et 12 % du marché européen", selon les chiffres du rapport.

Les faux jouets électroniques, et notamment les jeux vidéo, constituent l’un des segments les plus dynamiques de l’industrie du faux.

Les médicaments

Les contrefaçons de médicaments sont aussi de plus en plus répandues. Les douanes européennes en ont saisi deux fois plus entre 2007 et 2008, en particulier de faux comprimés de Viagra.

Avec les craintes autour de la grippe A, les fausses capsules de Tamiflu ont aussi envahi le marché ces dernières années.

Produits alimentaires et boissons

Dernier secteur en pleine expansion: les produits alimentaires et boissons. En 2007, 1,9 million de contrefaçons de denrées alimentaires ont été saisies aux frontières de l’UE, selon Bruxelles. Soit une hausse de 60% par rapport à l'année précédente.

En décembre 2008, les douaniers de Rungis, dans le Val-de-Marne, avaient ainsi intercepté pour la première fois plus de 10 tonnes de bouchées au chocolat de contrefaçon.

Les spiritueux sont également très convoités par les faussaires. Cognac et Champagne seraient les deux boissons les plus contrefaites au monde. Et le rapport rappelle "qu'en Chine, même l'eau minérale est copiée".