Electricité: mieux maîtriser les pics de consommation

EM avec AFP

— 

Pour réduire les émissions de CO2, deux députés UMP proposent dans un rapport de réduire la consommation d'électricité, notamment lors des soirées hivernales.

Les Français sont encore très nombreux à être équipés avec un chauffage électrique. Le pic record remonte au 7 janvier 2009, à 92,4 gigawatts. En hiver, une baisse de la température d'un degré entraîne une hausse de la consommation de quelque 2.100 mégawatts.

Pics hivernaux

Ces pics hivernaux obligent la France à acheter de plus en plus d'électricité à l'étranger et à recourir à des moyens de production coûteux et polluants, telles que les centrales à charbon ou au fioul.

"Près de 90% de l'électricité produite en France est décarbonée" (car nucléaire ou hydraulique), écrivent ainsi Serge Poignant et Bruno Sido dans leur rapport remis jeudi au ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo.

"Les gisements de réduction des émissions de CO2 du parc de production d'électricité sont donc limités mais la maîtrise de la pointe d'électricité est l'un de ces gisements", remarquent-ils.

Deux défauts majeurs

Bruno Sido a rappelé lors d'une conférence de presse que l'électricité avait deux défauts majeurs: "premièrement, il faut toujours un équilibre strict entre l'offre et la demande", deuxièmement "cela ne se stocke pas".

Parmi les 22 propositions du rapport, les parlementaires suggèrent ainsi de lancer "un programme d'aide à la rénovation de l'éclairage public" avec un remplacement des "luminaires les moins performants".

Ils appellent aussi à favoriser le développement de dispositifs permettant d'éteindre à distance les chauffages électriques et climatiseurs, à l'image des "thermostats communicants" expérimentés en Californie.

Règle d'or

Une campagne de communication est aussi proposée pour rappeler la fameuse règle d'or: pas plus de 19°C pour le chauffage et 26°C pour la climatisation.

Par ailleurs les députés demandent à ce que les clients soient mieux orientés "vers les offres heures pleines/heures creuses ou Tempo qui doivent leur permettre d'améliorer leur mode de consommation". Le but est aussi de développer les compteurs intelligents qui permettent d'adapter les tarifs en fonction des heures et de la saison.

Le projet de loi Nome (Nouvelle organisation du marché de l'électricité) a déjà intégré certaines propositions du rapport. L'article 2 souhaite ainsi inciter EDF et ses concurrents à investir dans des moyens de production d'électricité ou d'effacement de la demande.