Le FMI s'insurge contre un poisson d'avril en Bulgarie

EM avec AFP

— 

Les blagues bulgares ne sont pas du goût du Fonds monétaire international (FMI). Une interview poisson d'avril d'un représentant imaginaire du fonds sur une radio nationale a provoqué jeudi les protestations du FMI et de la banque centrale du pays.

Un certain Hugh Jason s'est présenté comme Directeur Marchés en développement dans l'institution internationale. Interviewé par la radio privée Darik, il a estimé que l'euro devait être introduit en Bulgarie comme "devise parallèle". Une manière de remettre en cause la stabilité de la monnaie nationale, le lev.

Hugh Jason a expliqué qu'en raison de l'aggravation du déficit budgétaire, la Bulgarie "doit abandonner l'espoir d'adhérer à la zone euro" malgré les mesures d'austérité lancées cette semaine.

Le vrai représentant du FMI dans le pays, Tonny Lybek, a informé dans un communiqué qu'une telle personne ne travaillait pas au fonds et que ces déclarations constituaient un poisson d'avril. "Je n'apprécie pas l'exploitation frauduleuse du nom du FMI", s'est-il énervé.

La banque nationale a de son côté qualifié cette facétie d'"idée absurde": "il est inacceptable de faire des blagues pareilles, spéculant de façon brutale avec les craintes des gens pendant une crise économique mondiale sans précédent".

La monnaie unique semble en tout cas être un sujet de divertissement apprécié en Bulgarie. Le site sofiaecho.com a affirmé jeudi qu'en absence de perspective d'adhérer à la zone euro, le pays envisageait d'adopter le rouble russe d'ici un an.