L'IPad débarque aux Etats-Unis

Tv avec AFP

— 

Des mois et des mois d'attente et de commentaires. L'IPad, le nouveau produit d'Apple, fait son entrée dans les rayons samedi aux Etats-Unis.

Lors de la présentation de son dernier né, en janvier, le patron de la firme à la pomme, Steve Jobs, avait promis un appareil "vraiment magique et révolutionnaire". Il a répété cette semaine, dans un communiqué, que l'iPad relierait "les utilisateurs avec les applications et leur contenu d'une manière plus intime et divertissante que jamais".

L'iPad sera disponible à la vente samedi matin dans les rayons des Apple Store et des magasins de la chaîne de matériel électronique Best Buy, pour un prix compris entre 499 et 829 dollars. Dans un premier temps, les consommateurs ne pourront trouver que la version équipée de l'internet sans fil, avant que ne débarquent fin avril les tablettes offrant la téléphonie 3G.

Les deux versions doivent arriver fin avril dans neuf autres pays: France, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne, Suisse, Japon et Australie.

Fin avril en France

A mi-chemin entre l'ordinateur portable et le téléphone mobile, la tablette - un écran tactile entouré d'une coque en aluminium - offre la possibilité de naviguer sur le web, de consulter ses courriers électroniques, de regarder des vidéos en haute définition, de jouer à des jeux vidéos, ou de feuilleter des livres électroniques. Elle propose la plupart des 150.000 applications, disponibles sur l'iPhone.

Le groupe informatique a mis en place pour sa tablette une application "iBooks", permettant d'accéder à la nouvelle librairie numérique iBookstore, bâtie avec le soutien de cinq des six plus grands éditeurs américains.

Apple s'attaque ainsi directement au marché du livre électronique, dominé actuellement par le Kindle d'Amazon. Le commerçant en ligne américain a annoncé qu'il lançait sa propre application Kindle pour le système Apple, ce qui donnera accès à son catalogue aux utilisateurs de l'iPad.

De 2 à 6 millions de ventes prévues sur l'année

Si certains analystes se sont dits peu convaincus du caractère révolutionnaire de l'objet, les consommateurs pourraient les démentir. Les analystes financiers de Bernstein estiment que le groupe pourrait écouler entre 300.000 et 400.000 tablettes pendant le week-end de lancement, et 2,2 millions d'ici la fin de son exercice fiscal, qui s'achève fin septembre.

Ils sont loin d'être les plus optimistes: leurs collègues de Barclays et Credit Suisse s'attendent à près de cinq millions d'unités vendues d'ici à fin septembre. Morgan Stanley va jusqu'à plus de six millions.

"Il n'est pas certain qu'Apple domine le marché des tablettes", nuance l'analyste indépendant Rob Enderle, basé dans la Silicon Valley, rappelant que de nombreux concurrents de l'iPad devraient arriver sur le marché dans les mois à venir, avec des produits moins chers. Et ceux qui vont se précipiter sur le modèle d'Apple dès sa sortie "payent pour une version test", prévient-il. "Il y aura des défauts. Ils vont les résoudre, réduire les prix, puis vendre en masse".