Tommy Hilfiger racheté par la maison-mère de Calvin Klein

EM avec AFP

— 

Le fonds d'investissement britannique Apax Partners a annoncé lundi la vente de la griffe de vêtements de loisirs Tommy Hilfiger à la société américaine Philips-Van Heusen (PVH), maison-mère de Calvin Klein. Coût de la transaction: environ 2,2 milliards d'euros (3 milliards de dollars).

Géant de la mode

Cette opération devrait donner naissance à "l'un des groupes les plus grands et les plus rentables" du secteur de la mode, selon PVH. Ce dernier comptait déjà dans son escarcelle, en propre ou en franchise, Calvin Klein ainsi que DKNY et Timberland mais ne pesait que 2,4 milliards de dollars en Bourse.

Apax Partners avait acquis Tommy Hilfiger en 2005 pour 1,6 milliard de dollars. Le fonds avait cherché en 2007 à s'en séparer en l'introduisant à la Bourse d'Amsterdam mais avait dû abandonner ce projet de cotation, en raison de la crise du crédit.

Historique

La marque américaine Tommy Hilfiger a été fondée en 1984 et a connu son apogée dans les années 90. La société avait fait son entrée à la Bourse de New York en 1992 et frôlé les 2 milliards de dollars de chiffres d'affaires en 2000.

La griffe avait ensuite connu une baisse importante de ses ventes, notamment sur le vital marché américain. Une situation qui l'avait poussé à se vendre à Apax, en 2005, pour 1,6 milliard de dollars.

Depuis, le fonds britannique a redressé les comptes, en signant notamment un accord de distribution exclusive aux Etats-Unis avec les grands magasins Macy's, et en étoffant les canaux de diffusion à l'étranger. Hilfiger devrait enregistrer 2,25 milliards de dollars de ventes sur l'exercice qui s'achève à la fin du mois, et compte désormais plus de 1.000 magasins.

Signe de confiance

Le rachat de PVH un signe de confiance pour un secteur de la mode qui a fortement souffert de la récession, comme l'ont illustré récemment les déboires de la maison de haute couture Christian Lacroix, ou, dans le prêt-à-porter, ceux du groupe allemand Escada.

PVH veut ainsi profiter du vaste réseau de distribution internationale de Hilfiger pour étendre dans le monde entier certaines de ses marques peu connues en dehors des "shopping mall" américains. Il espère également récolter d'importantes économies, et prévoit un effet positif "immédiat" sur ses résultats financiers, hors frais d'intégration.