Ryanair accusée de "chantage financier"

R.S. avec AFP

— 

Face au bras de fer engagé par Air France, Ryanair réplique en expliquant que ces mesures d'aides ont été adoptées par au moins 25 aéroports régionaux français.

La compagnie irlandaise aurait d'ailleurs l'habitude de négocier ces aides en échange de la desserte d'un aéroport peu rentable, en mettant en avant la manne financière des voyageurs anglo-saxons qu'il transporte.

Mais ce petit jeu commence à exaspérer les élus locaux. Parmi les frondeurs, le président du conseil général de Charente, le socialiste Michel Boutant qui reproche à Ryanair d'avoir supprimé une ligne Londres-Angoulême après le refus des collectivités locales de Charente de verser une rallonge à la compagnie aérienne: "Ce sont des méthodes de flibustiers", a-t-il déclaré à l'AFP, dénonçant un "chantage".

Idem à Pau où la communauté d'agglomération accusait en début d'année la compagnie à bas coûts de "chantage financier" après sa demande d'un brusque relèvement de ses subventions, ou encore à Poitiers, où la communauté d'agglomération a voté récemment contre une rallonge des aides en faveur de Ryanair.

"Elle joue les collectivités locales les unes contre les autres" en menaçant de s'installer dans un autre aéroport en cas de refus, affirme Michel Boutant, qui veut mobiliser d'autres départements.

Et il n'exclut pas de porter en justice une affaire qui ne s'arrête pas aux frontières françaises car Ryanair exerce le même genre de pressions ailleurs en Europe, assure-t-il.