Les élections régionales réveillent les mécontentements

R.S.

— 

Médecins

Jeudi, les médecins généralistes libéraux sont appelés par les syndicats à fermer leur cabinet.

Ils se plaignent d'avoir trop de travail administratif et les revenus parmi les plus faibles dans le monde de la médecine libérale. Ce qui fait fuir les étudiants en médecine.

Certains estiment que le tarif actuel de 22 euros (tarif sans dépassement d'honoraire) par consultation les pousse à faire de "l'abattage" pour éviter une rémunération trop faible. Ils réclament la consultation à 23 euros comme pour les spécialistes.

Infirmières

Egalement jeudi, six syndicats d'infirmiers(-es) appellent à une journée de grève avec rassemblement à Paris pour la reconnaissance de leur niveau de qualification et de la pénibilité, le gouvernement envisageant de repousser l'âge minimal de départ à la retraite des infirmières salariées de 55 à 60 ans. En moyenne, les infirmiers(-es) ne restent que 7 ans d'affilé en activité.

Vendredi, ce seront les salariés de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui se rassembleront à Paris contre les suppressions de postes.

Crèches

De nombreuses crèches sont restées fermées jeudi, en raison d'une grève de leurs personnels. Ils ont manifesté dans toute la France pour protester contre un assouplissement des règles d'accueil des enfants que prépare le gouvernement.

Le texte, qui devrait être publié "dans les trois mois", abaisse le taux d'encadrement des enfants par le personnel "très qualifié" (éducateurs de jeunes enfants, auxiliaires de puériculture...) obligatoirement présent dans les crèches de 50 à 40%. Cela conduirait selon les grèvistes à un rapport d'un adulte pour 12 enfants de 2 à 3 ans.

Le texte prévoit aussi d'augmenter de 20% les possibilités d'accueil. Mais les professionnels craignent que les réformes du gouvernement n'aboutissent à "faire de l'élevage" et non de l'éducatif auprès des enfants.

RATP

La RATP prévoit trois trains sur cinq pour vendredi matin sur sa partie de la ligne B du RER en raison d'un préavis de grève des syndicats CGT, FO et Sud pour la défense du statut social des salariés.

Education

Vendredi, dans l'éducation, huit syndicats d'enseignants des collèges et lycées appellent à des grèves et manifestations contre les 16.000 suppressions de postes prévues à la rentrée, la réforme du lycée, et les conditions d'entrée dans le métier, à la rentrée, des professeurs tout juste recrutés.

Entreprises de collecte de déchets

Vendredi, ce seront les entreprises de collecte de déchets qui connaîtront le même sort, après l'appel lancé par six syndicats pour les salaires.