L'après bulle Internet

— 

La bulle Internet et le krach des années 2000 à l'époque à un véritable engouement pour toutes les jeunes sociétés de l'internet, des biotechnologies, de la téléphonie mobile, de l'informatique ...

On parle de bulle, car beaucoup d'investisseurs se sont portés sur ces valeurs boursières, et par un effet de mode, et de sois disant perspectives de croissances mirobolantes, donc de dividendes, tout le monde s'est mis à spéculer sur ces valeurs. On imagine alors, par cette analogie cette bulle gonfler, gonfler, gonfler (en volume d'investisseurs, de capitaux) et ce jusqu'à éclater.

Start up. Ce sont des sociétés créées dans le but de fournir des services dans le domaine d'internet. Souvent de petites structures au mode de financement analogue : Business angels, introduction en bourse

Le terme de nouvelle économie est apparu, face à la vielle économie. Les investisseurs ne jurent que par les start-up, jeunes pousses promises à un grand avenir

L'événement de ce mois d'août 1995 est l'introduction en Bourse de Netscape. Les investisseurs se battent pour acheter des actions. La demande est telle que la fourchette de prix indicative est régulièrement relevée. Elle était comprise entre 12 et 14 $ l'action. Celle-ci est finalement proposée à 28 $.

Ce n'est pas fini : au cours de la première séance de cotation, le cours atteint 75 $, avant de s'établir à la clôture à 58,25 $, soit une hausse de 108 %. La société est valorisée 3 milliards de dollars, alors qu'elle a subi une perte de 4,3 millions pour un chiffre d'affaires de 16,6 millions de dollars au premier semestre.