<i>Le Monde</i> en quête d'argent frais

E24 avec AFP

— 

La presse conserve l'appui des banquiers. Le groupe Le Monde est en effet en discussions avec BNP Paribas et Natixis pour obtenir un prêt de 25 millions d'euros, a-t-on appris mercredi de sources proches du dossier, confirmant des informations des Echos. "On a besoin d'argent frais pour passer la période (de crise économique). Il y a deux solutions : soit faire une recapitalisation accélérée dans de mauvaises conditions, soit passer par le biais de ce prêt qui donne une phase transitoire complémentaire", a expliqué à l'AFP une source proche du dossier à l'issue d'un conseil de surveillance. Interrogée par l'AFP, la direction du groupe, qui a traversé de graves difficultés financières en 2008, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Le prêt, dont les conditions doivent être examinées lors d'un prochain conseil de surveillance début mars, sera remboursable dans deux ans. "Cela veut dire que cet après-midi le conseil a donné son feu vert au lancement du chantier de la recapitalisation", afin d'être en mesure de rembourser le prêt au terme des deux ans, a estimé cette source. Selon Les Echos, le prêt serait "gagé" sur l'hebdomadaire Télérama, un des fleurons du groupe. Par ailleurs, le groupe est en cours de négociations avec les Caisses d'Epargne pour obtenir le rééchelonnement sur 18 mois du remboursement de 5 millions d'euros d'obligations remboursables en actions (ORA), dont il devait s'acquitter début janvier.

Le groupe Le Monde, qui regroupe le quotidien, des sites internet et un ensemble de magazines, a annoncé fin décembre qu'il prévoyait une perte d'exploitation de 4,7 millions d'euros en 2008. Le plan de départs volontaires, qui a entraîné le départ de 110 salariés, a représenté un coût de 17 à 20 millions d'euros, entièrement imputé sur l'exercice 2008. Cependant, les derniers chiffres de la direction concernant le coût de ce plan seraient plus élevés, selon une source proche du dossier. Au total, la perte nette du groupe en 2008 atteindrait 36 millions d'euros, selon le site internet Médiapart.