Darling ne veut pas nationaliser la Lloyds

E24 avec AFP

— 

Pas de nationalisation pour la Lloyds TSB. Le ministre britannique des Finances Alistair Darling a écarté l'idée selon laquelle la banque Lloyds TSB en difficulté pourrait être entièrement nationalisée après un plongeon de son titre de plus de 32% à la Bourse de Londres.

L'Etat, qui avait pris une participation de 43% dans cette banque l'an dernier, en pleine tourmente financière, pense que les banques sont "mieux gérées par le secteur commercial et privé", a souligné Alistair Darling samedi dans des déclarations à la presse. Un responsable gouvernemental, cité par le journal dominical Sunday Telegraph, a pour sa part indiqué que le gouvernement "n'envisageait pas sérieusement" un contrôle total du groupe Lloyds.

Selon le journal dominical, Lloyds a l'intention de payer des bonus totalisant 120 millions de livres (134 millions d'euros, 173 millions de dollars), magré l'annonce de

10 milliards de livres (11,2 milliards d'euros) de pertes
en 2008 chez sa filiale HBOS, dues tant à la dislocation des marchés financiers qu'à la mauvaise santé des entreprises. Le journal, citant des sources proches de Lloyds, indique que le groupe était en discussion au sujet de ce paiement avec UK Financial Investments, l'organisme de l'Etat qui gère les parts des contribuables dans la banque/

Un porte-parole de la Lloyds a refusé de commenter le montant des bonus. Il a toutefois rappelé que la majorité des salariés dans ses 3.000 agences ont reçu un bonus annuel n'excédant pas les 1.000 livres chacun. L'annonce que le personnel de la

Royal Bank of Scotland
, détenue à près de 70% par l'Etat, allait recevoir un milliard de livres (1,1 milliard d'euros) de bonus cette année, avait provoqué la colère du Premier ministre Gordon Brown qui avait averti que 'la culture des bonus dans les banques devait cesser".